Partagez | 
 

 The Personal Diary of a Creepy Girl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Luna


» Messages : 1838
» Pièces : 119
» Age : 21



Feuille de personnage
Nom & Prénom ::
Classe:
Boite à objets:



MessageSujet: The Personal Diary of a Creepy Girl    Lun 11 Juil - 0:06

Identité


Je m'appelle Luna Elysia. J'ai vécu dix neuf-ans avant d'être scellée durant quelques années jusqu'à ce que je sois délivrée il y a quelques mois. Je peux être qualifiée de démoniaque. Je suis une Little People de votre monde ~ ...


Description Physique



Hmmm.... Mon apparence, huh ? A quoi je ressemble... Comme j'ai été scellée durant un long moment, et puis surtout, comme je suis une vampire, mon développement s'est arrêté au moment de ma mort, et de ma transformation. Je ressemble donc trait pour trait à la Luna d'il y a des années, la sorcière maudite... Je suis plutôt jeune physiquement je dirais, on ne me donnerait sûrement pas plus de vingt ans... Je suis de taille moyenne, vers les un mètre soixante sûrement ? Je suis plutôt légère également... 45 kilogrammes ? 47 ? Hmmm … De toute manière, cela ne vous concerne aucunement après tout. Je possède de longs cheveux, très long à vrai dire puisqu'il m'arrive au niveau des jambes. Bien qu'ils soient long, je ne les attache pas, et les laisse voler au gré du vent... C'est plutôt agréable pour être honnête. Ils ne me dérange pas particulièrement lors des combats, donc je ne vois pas de raison de les priver de leur liberté. Ils sont sombres, noirs, tirant légèrement sur le gris par endroit. Cette couleur rompt vraiment avec mon teint porcelaine, même pâle depuis ma réanimation. A cause de ma condition, je déteste le soleil, et ma peau aussi... Je ressens une sensation de chaud vraiment désagréable lorsque je suis exposée trop longtemps au soleil, et depuis ma rencontre avec la Reine Peach, et l'emprunt de son ombrelle pour me protéger du soleil, je suis devenue réellement dépendante de cette objet... Bien évidemment, la mienne n'est pas rose hein... Elle est noire, avec de la dentelle blanche et grise sur les bords, ce qui colle déjà bien plus à mon style vestimentaire... Hmm, en parlant de ce dernier, il est principalement composé de couleurs sombres, froides, ou ternes, comme du noir, du gris, ou des variantes de bleu, et rarement du blanc... Je porte principalement des robes de ces couleurs, pas trop longue afin de ne pas gêner mes mouvements, accessoirisé à l'aide de rubans de la même couleur au niveau de la taille et des poignets. Je porte également toujours des collants noirs épais afin de protéger le maximum possible ma peau du soleil. Oh, sinon, mes yeux sont violet, et sont plus ou moins pâle selon mon humeur... J'ai toujours un petit sac avec moi dans lequel je garde des ingrédients nécessaires à des petits sorts ou malédictions, c'est utile après tout.. Mon journal intime s'y trouve également, ainsi que d'autres babioles et souvenirs...


Description Mental



Et maintenant, je dois vous parler de mon mental et de mon caractère... ? Alors tout d'abord, j'ai extrêmement mûri depuis la période où j'ai raconté mon histoire dans ce journal intime... En effet, être enfermée pendant des années avec aucune autre compagnie que soi-même, ça finit inévitablement par avoir un effet, non ? J'ai donc bien réfléchis et grandis mentalement durant cette période, même si mon corps n'a pas changé... En soit, bien que ma vengeance a été complète avec l'éradication complète des traîtres et monstres de mon monde fut un succès, il reste un vide à l'intérieur de moi... Oui, j'ai eut ma vengeance, ils sont morts, et ne me feront plus jamais de mal... Mais qu'est-ce-que j'y ai gagné, moi ? Huh ? Rien... Strictement rien... Je n'ai même pas pu célébrer leurs morts... Comme vous pouvez le voir, j'ai passé beaucoup de temps à réfléchir à toute mes actions durant mon enfermement. Cependant, je ne regrette absolument pas ce que j'ai fais, et si c'était à refaire, je ne changerais rien. Je suis juste beaucoup plus réfléchis et posée que je ne l'étais à l'époque. Je ne fonce plus dans le tas comme avant, je prends le temps de réfléchir à toute les possibilités avant de passer à l'action. Je suis aussi beaucoup moins intéressée par les autres, et par leurs affaires, et à moins qu'il y ait quelque chose de bénéfique à la clé pour moi, je ne me mêle que désormais rarement aux autres, préférant largement la solitude. Enfin, sauf en cas d'ennuis. Je m'ennuie très souvent et très rapidement, et si vous faîtes un passe-temps agréable, je vous utiliserais sans broncher. Je suis assez froide et indifférente, mais ça ne signifie pas pour autant que je me suis radoucie. Au contraire même, après tout, une personne comme ça n'est-elle pas plus effrayante ? J'ai horreur de perdre mon temps inutilement, et même si je suis assez patiente, je peux rapidement perdre le contrôle si provoquée. Je déteste plus que tout les petits justiciers moralisateurs, prêchant la bonne parole pour justifier toutes leurs actions. Prendre une vie, que ce soit pour « le bien », ou non, ça revient au même après tout... Peu importe votre raison, vous êtes également un monstre . Tout comme moi. Tout comme les personnes que vous détestez. Malgré tout cela, je reste assez tête en l'air, et je suis souvent perdue dans mes pensées. Mais je n'ai pas complètement changé, ça ne serait pas vraiment drôle, non ? Je reste vraiment manipulatrice, et je n'hésiterais pas à me servir de vous ou à jouer la comédie pour obtenir ce que je souhaite...Je le ferais simplement de manière nonchalante.  De plus, je suis vraiment possessive et protectrice des choses qui m'appartiennent, et auxquelles je tiens, comme ma petite cousine et ma famille... Faîtes donc attention à ce que vous faîtes... Si vous ne voulez pas le regretter amèrement. Ah, je suis aussi très paresseuse, après tout, avoir passer des années enfermée à ne rien faire hormis penser et dormir, ça donne des habitudes... Enfin bref, voilà, ne venez surtout pas me parler, je n'ai pas vraiment envie de perdre mon temps..


Histoire



Mon histoire ... Une histoire plutôt intéressante. Elle remonte a bien des années maintenant ... Comme je vous l'ai déjà dit, je me nomme Luna Elysia. Je viens donc d'une autre dimension qui n'existe plus aujourd'hui. Laissez moi vous parler de mon monde... Au fil des millénaires, de nombreuses choses s'y sont déroulés... Au commencement, la magie était inexistante. Ou plutôt, personne ne la pratiquait. La première apparition de la notion de magie dans mon univers date d'il y a huit milles ans. Comme vous vous en doutez, très peu de vestiges et récits de cette époque subsistèrent jusqu'à mon ère, mais une histoire en particulière était connue de tous, celle d'une fameuse reine aux pouvoirs des plus terrifiants...

Le nom de cette Reine ? Je n'en ai aucune idée, et cela m'importe peu à vrai dire. De nombreuses versions de cette histoire et de ces événements existent, et puisque je n'étais pas née à cette période, je ne peux prouver lesquelles sont correctes. Toutefois, les récits se rejoignent sur certains points. Cette fameuse Reine, jugée trop dangereuse à cause de son pouvoir qui semblait infinie fut prise pour cible par ses compatriotes. Omettons les détails car c'est mon histoire que je veux vous raconter et pas celle d'une autre, mais elle devint folle et faillit tout détruire sur son chemin. Elle fut donc enfermée, (vu qu'il m'est arrivée la même chose, je la plains légèrement) et pour éviter que son influence ou ses actions aient des répercussions, les esprits réduisirent notre monde à néant... Enfin presque.

L'endroit où j'allais naître des millénaires plus tard fut crée par les esprits dans le but de donner une seconde chance à notre espèce, loin de la magie. Échec cuisant puisque pour une raison inconnue, la magie était plus présente que jamais dans mon monde. Reprenons, huit milles ans plus tard, à peu près à mon époque du coup, la magie et les êtres surnaturels sont bien plus présents, mais mille fois plus craint suite aux actions de cette fameuse Reine. Du coup, une organisation pas très secrète appelée l'Ordre a été crée par une bande de misérables humains rejoints par quelques pitoyables traîtres surnaturels ainsi les fameux esprits d'il y a des millénaires (qui agissaient dans l'ombre) dont le but principal était l’éradication de tout êtres surnaturels pouvant troubler leurs idéaux débiles. Oh d'ailleurs, l'homme à la tête de cette organisation à la période dont je vais vous parler, il s'agit de mon père.

Parlons un peu de mon contexte familial tant qu'à faire. Je fais partie de la famille Elysia, certainement la famille de magiciens la plus puissante de mon monde. La particularité de notre famille est que nos pouvoirs magiques proviennent de nos cœurs et donc de tout ce que l'on ressent, nous permettant donc d'exceller dans la magie blanche, ou plus rarement, la magie noire. Nous sommes en effet reliés aux astres, les enfants solaires puisant leur force dans la lumière, et les enfants lunaires, extrêmement rares et craint, comptant sur les ténèbres. Je ne l'ai découvert que bien plus tard, mais des enfants stellaires, l'un de lumière et l'autre des ténèbres, qui posséderaient respectivement le pouvoir ultime de leurs éléments étaient destinés à naître un jour.

Bref, ma mère, Kalye Elysia fut tout comme moi une très grande sorcière durant son existence. Cependant, je peux, sans me venter, affirmer que mon pouvoir est bien supérieur à celui de ma mère. Elle avait une sœur jumelle, Keyla Elysia, elle aussi très puissante. Elles passèrent de nombreuses années à pratiquer la magie jusqu'à ce qu'un jour, ma mère qui aurait pu devenir extrêmement puissante, préféra mettre la magie de côté pour se consacrer à l'homme de sa vie : mon père. (le pauvre humain à la tête de l'Ordre). Trahison suprême de la part de ma mère qui se mit toute sa famille à dos. Sa sœur et sa mère, ne pouvant lui pardonner son acte, et craignant pour leurs vies maintenant qu'une des leurs avaient rejoins les ennemis, s'enfuirent dans une tierce dimension avec Avalon Elysia, le compagnon de Keyla. Mes parents vécurent ensemble et heureux jusqu'au jour de ma naissance.

Parlons de ce jour funeste d'ailleurs. Je suis née à minuit, le vendredi 13 mai, nuit de pleine lune. Cette date marque également la fin de l'existence de ma chère maman. En me donnant la vie, la sienne s'est envolée. Peu de temps après m'avoir nommée Luna et m'avoir offert un pendentif en pierre de lune sur laquelle mon prénom fut gravé, signe précurseur de mon appartenance aux enfants lunaire dira mon père, elle s'éteignit. Mon père qui s'était vu arraché la chose qu'il chérissait le plus au monde par ma faute me haïssait plus que tout au monde. Mon existence même le peinait. C'est dans ce monde que je faillis grandir. Un foyer sans figure maternelle, et avec une figure paternelle me détestant moi, et les dons hérités de ma mère. Si je n'avais pas été l'unique souvenir de son amour envers cette dernière, il m'aurait probablement assassinée dès son dernier souffle. Tout les souvenirs de ma mère avaient mystérieusement finit en cendre lors de ma naissance. Encore une chose qu'il me reprochait en silence.

Heureusement, ma tante, qui avait ressentie la disparition de sa sœur, (lien de jumelle dirais-je) revint dans notre monde et décida de s'occuper de moi avec l'aide de son futur mari. Elle n'avait jamais appréciée mon père, ce qui nous faisait un point commun, et m'avait certainement sauvée en acceptant de m'éduquer. Je suis une personne plutôt mature, et, dès que je fus en âge de comprendre, ma tante m'expliqua les mystères autours de ma naissance. Son mari et elle étaient de puissants magiciens blancs, et ils décidèrent donc, pour ma protection de m'apprendre les bases de la magie. Ce qu'ils ignoraient à ce moment là, bien que des doutes se faisaient sûrement ressentir, c'était que j'étais une enfant lunaire, prédisposée à la magie noire et non à la magie blanche. C'est ainsi que jusqu'à mes treize ans environs, ils tentèrent de m'enseigner les bases de la magie blanche, théories et pratiques, quotidiennement. Bien qu'un énorme potentiel magique se faisait ressentir chez moi, je me montrais très peu capable de réaliser le moindre sort de magie blanche.

Entre temps, j'appris que ma tante et mon oncle attendaient un heureux événement. Bien que nous fûmes obligés de vivre cacher par ma faute, une bonne nouvelle telle que celle là ne nous fit pas de mal. C'est ainsi qu'un beau jour, ma jeune cousine Elina vit le jour. Elle était sublime, rayonnante, solaire. Elle était née d'un amour véritable, et cela se voyait. Elle ferait une splendide mage blanche, aucun doute ne se faisait. Alors que notre petite famille profitait enfin d'un bonheur bien mérité, la malédiction des enfants lunaires dira mon père, les actes d'un sous-humain dirais-je, réduisirent une fois de plus tout cela à néant.

Un après midi, quelques semaines seulement après la naissance d'Elina ce déchet me servant de père fit son apparition. Ayant appris notre position par je ne sais quel moyen, et ayant découvert les cours de magie peu fructueux que je suivais, il s'était déplacé pour y mettre un terme. Lorsqu'il passa à l'offensive, mon oncle s'interposa, usant de sa magie blanche pour tous nous protéger. Profitant de la situation, ma tante et moi nous réfugiâmes avec Elina à l'étage. Sentant que la situation était désespérée, elle tenta un puissant sort qui nous emmènerait Elina et moi loin de là, dans un lieu où nous serions en sécurité. Elle manquait apparemment de puissance pour effectuer un sort d'une telle envergure, car ce fut un échec. Ou alors, elle n'était pas assez puissante pour nous protéger toutes les deux et n'osait l'avouer.

J'étais vraiment une enfant très douée puisque je compris de moi même qu'il s'agissait de la seconde possibilité. Me sentant coupable de ce qui arrivait, après tout, j'étais réellement la seule à accuser pour tout ce qui arrivait, je pris la main de ma tante et me mis à réciter la formule à mon tour. Miraculeusement, ou alors grâce à l'adrénaline du danger, je fus capable de lancer le sort, et Elina disparut dans une épaisse lumière blanche avec quelques artefacts vers le monde où ma tante s'était réfugiée avec sa mère quelques années plus tôt. Ma tante me pris dans ses bras, les larmes aux yeux. Elle était sûrement désolée de ne pas avoir pu m'y envoyer aussi. Quant à moi, j'étais surtout désolée de les avoir mêler à tout cela...

La porte de la pièce s'ouvrit dans un grand fracas, le corps ensanglanté de mon oncle au sol. Face à un monstre armé tel que mon père, la magie blanche défensive de mon oncle était inutile... Si seulement il s'était défendu... Ma tante s'interposa entre mon père et moi, et malgré tout ses efforts, l'énergie qu'elle avait consommé pour protéger sa fille lui fit défaut et elle rejoignit mon oncle au sol... Ces deux derniers, mourant, priait pour que je m'en sorte, moi, la principale coupable... J'étais définitivement une enfant maudite. Alors que je regardais les deux dernières personnes se préoccupant de moi mourir sous mes yeux, ce qui je pensais serait sûrement la dernière once de lumière qui émanerait de moi illumina la pièce, les enfermant tout deux dans deux orbes qui se réfugièrent ensuite à l'intérieur de moi.

Et c'est à partir de là que l'enfant lunaire que j'étais se révéla. Mon cœur était désormais rongé par la haine. J'avais tout perdu, et cela à cause d'un seul homme. Alors que les ténèbres s'installaient non seulement à l'intérieur de moi, mais aussi à travers la pièce, l'orbe autrefois blanc qui se trouvait au bout de l'épée noircit jusqu'à n'être plus qu'un orbe totalement sombre. Mon géniteur comprit qu'il avait réveillé la chose qu'il avait craint durant tant d'années. Sans même demander son dû, il détala à toute vitesse, me laissant seule dans ce qui était autrefois notre maison familiale, et qui serait désormais l'antre de la créature la plus malfaisante qui existait depuis la fameuse Reine.

J'étais douée. Même plus que ça, j'étais définitivement un génie de la magie noire. Comme je vous l'ai déjà dit, la secte de pacotille cherchait à éliminer tout être pouvant s'opposer au bonheur universel, et pour éviter que leur puissance augmente, ils avaient fait interdire tout les grimoires de niveau supérieur qui m’intéressait. Tout ce que je souhaitais, c'était être au pouvoir, et ainsi éradiquer ces êtres faibles qu'étaient les humains, les esprits et les créatures surnaturelles qui s'étaient alliés à eux. Je voulais qu'ils disparaissent tous. Ainsi, le chaos pourrait s'abattre sur le monde, et les ténèbres, avec moi à leur tête pourrions gouverner le monde ... Je vous l'accorde, tout ceci est banal. Je n'avais que quelques années à l'époque, et je n'avais pas de réels plans .... Juste des envies de meurtres.

Heureusement, avec le temps, j'ai mûrie, et mes plans changèrent. La première partie était la même, je voulais toujours éradiquer ces lâches. Et j'en avais définitivement le pouvoir à présent. J'avais en effet réussi à trouver des grimoires interdit de niveau supérieurs grâce à divers moyens plus ou moins illégaux, et les maîtrisa rapidement. Grâce à tout ces nouveaux sorts tant offensifs que défensifs, je possédais désormais toutes les cartes pour détruire tout ennemis. En pratiquant régulièrement et en secret la magie interdite, j’atteins au bout de quelques années un niveau bien plus élevé que je n'aurais pu l'espérer, et j'étais certaine d'être bien plus puissante que ma mère. J'étais prête à passer à l'attaque, et j'étais certaine que j'allais les vaincre, un à un.

Je disais donc, à mes 18 ans, je me sentie prête à passer à l'action. Je maîtrisais la magie noire comme personne à mon époque, et j'avais enfin découvert tout le potentiel que je cachais. C'est à cette période là que j'ai découvert après avoir feuilleté de nombreux livres que j'étais l'enfant stellaire des ténèbres. Avant même ma conception, il avait été prédit que j'apporterais le malheur peu importe où je serais, et tel avait été le cas. La mort, le chagrin, la solitude, tout cela me suivait depuis bien longtemps déjà. Et comme j'avais grandis entourée de tout cela, mon cœur s'en était imprégné, devenant le parfait réceptacle pour les ténèbres ultimes. Je pouvais donc à mon tour semer horreur et désarroi autour de moi, tuant mes ennemis et m'appropriant l'essence même de leur vie, leurs pouvoirs grâce à mes orbes.

Je savais déjà où logeait là plupart des membres de cette organisation, et je savais également qu'aucun ne ferait le poids face à moi. Le combat était gagné d'avance, mais ce serait sûrement drôle de les voir se battre pour survivre, et m'implorer de leur laisser la vie sauve lorsqu'ils sentiraient que la fin était proche. C'est ainsi que les plus belles années de ma vie commencèrent. Durant les mois qui suivirent, je mis mon monde à sang et à feu. Grâce à mes nouveaux pouvoirs, je pouvais me doter d'ailes me permettant de voler, ce qui m'aidait à me déplacer où je le souhaitais, en peu de temps, et donc, à tuer plus rapidement. Je voyageais donc de villes en villes, à la recherche des pactisant de l'Ordre, et les tuait de toute les façon possible et inimaginable qui passait par mon esprit tordu, dérobant les pouvoirs des divers traîtres et esprits tués, ainsi que les meilleures armes des humains .... ~. 

Je dois vous avouer que j'aime lire la douleur, la souffrance et la peine sur les visages de mes victimes. C'est pour quoi, au fil des mois, j'ai développé de nombreuses techniques différentes pour les tuer, parfois avec la magie, parfois sans, parfois avec des armes, parfois en les poussant à se tuer eux même ... Plus les mois passaient, et plus je prenais de plaisir à voir le sang se répandre, et l'âme quitter ces corps souillés. Je m'amusais tellement à pourchasser ces vilaines petites bêtes jusqu'à la mort. Pour la première fois depuis longtemps, j'étais heureuse. Heureuse comme jamais je ne l'avais été. Je ressentais des sentiments nouveaux, des sentiments que je n'avais jamais éprouvé jusque là. Je me sentais bien. Ce monde qui s'ouvrait à moi était ... Excitant, c'est le mot. Ma nouvelle vie m'excitait, et je ne comptais pas m'arrêter de sitôt. Malgré tout, ma vie s'intensifia encore plus lorsque je le rencontra, LUI, cet être qui avait bouleversé ma vie ...

C'était un soir de pleine lune. Plusieurs mois s'étaient déjà écoulés depuis le début du massacre. Justement, ce soir là, je devais tuer un des membres haut placés de l'Ordre. Celui là, je tenais vraiment à le faire souffrir. Cet homme se battait pour l'anéantissement des êtres dotés de facultés paranormale alors que lui même en possédait. Ce traître était un vampire. Oui, un vampire, avec de longues canines, pâles et qui boivent du sang. Sauf que ce vampire là avait tourné le dos à ses semblables et se contentait de vivre sa vie paisiblement, en échange d'une protection... Lui et sa famille se nourrissaient uniquement de sang d'animaux. Que c'est pitoyable ... Je les avais donc suivi, tout les trois, sa femme, leur fils et lui même lors d'une leur séance de chasse nocturne ayant pour but de se nourrir. Grâce à un sort de bas niveau, je pouvais me rendre invisible, donc la filature se fit facilement. Un lâche les aurait attaquer avant leur dîner, lorsqu'ils sont le plus vulnérable, mais ce que je voulais, c'était du challenge ... 

C'est ainsi que je les suivi une bonne partie de la nuit, dans les bois, pendant qu'ils buvaient le sang d'animaux faibles et vulnérables. Lorsque toute la famille fut rassasiée, et qu'ils prirent la décision de rentrer, je passa à l'action. Nous nous trouvions au centre de la forêt, l'endroit le plus propice à l'affrontement je suppose. Les deux parents étaient debout, regardant leur fils accroupis au dessus d'un faon dont il s’abreuvait. Je me trouvais juste en face du jeune garçon. J'allais passer à l'action, tout était près. J'allais désactiver le sort qui m'avait permis de les filer toute la nuit, ensuite, je m'amuserais à voir la panique s'instaurer sur leur visage, et le combat dont je sortirais gagnante commencerait. Mais, cet abruti avait tout gâcher. Au moment où j'allais désactiver le sort, il planta ses deux pupilles bleu océans dans les miennes couleurs violet pâle, et me sourit de ses dents blanches et pointues. Si du sang ne coulaient pas le long de ses lèvres, on aurait pu croire que j'étais face à un ange. Oui, un ange ...

Cet an... ce gosse me souriait. Ses yeux me fixaient, et ce n'était pas la première fois depuis que je les suivais. Pourtant, n'étais-je pas invisible ? Si, j'en suis certaine puisque ses parents ne me voyaient pas. Alors, pourquoi lui ? Pourquoi lui me voyait-il ? Pourquoi me fixait-il de ce regard innocent ? Il se releva. Il faisait à peu près ma taille. En le regardant de plus près, je constata que finalement, il ne devait pas être bien plus vieux que moi. Il s'inclina poliment face à moi, sous le regard surpris de ces parents. Il continuait à me sourire, ce grand et beau sourire ... Bien que je ne me sois jamais intéressé à toutes ces pacotilles, je dois avouer que je l'avais trouvé mignon ... Son regard fixe me perturbait. Je sentais qu'il me détaillait, et son regard me gênait. Après tout, je sais que je suis une jolie fille moi aussi. Je me trouve diablement attirante, et je sais qu'une bonne partie des gens le pense aussi. Mais venant de cet être si pur, tout était différent. Ce regard chaleureux et doux qu'il me lançait, jamais un tel regard ne m'avait été adressé ... 

J'eus l'impression que ce moment dura une éternité. Ses parents, qui n'avaient toujours pas bougé, interrompirent ce moment en s'éloignant, lui disant qu'ils n'allaient pas l'attendre toute la nuit. Lorsque ses parents l'avaient appelé, j'avais entendu son nom. Enzo. C'était un beau nom. Ce dernier leur fit signe qu'il les rejoindrait dans quelques minutes, ne cessant pas pour autant de me fixer. Ses géniteurs s'éloignèrent finalement en soupirant, pensant sûrement que leur fils n'avait pas fini son repas. J'avais été trop surprise par ce qui s'était déroulé pour réaliser que ses parents s'étaient finalement enfuit. Je rêve où je venais de laisser échapper l'une de mes victimes ? Dépitée par mon manque d'attention, je m'apprêtais à rentrer, lorsque je sentis une main se poser et enlacer la mienne. Je me retournais instinctivement, mon égarement brisant le sortilège. Avant même que j’eus le temps de dire quoi que ce soit, j'entendis sa douce voix me susurrant "Je savais que tu serais magnifique.".

Il m'était souvent arrivé d'entendre cette phrase, pas aussi joliment tournée, mais la pureté exprimé par ce jeune garçon était nouvelle pour moi. Il ne pensait à rien en la disant, il voulait juste me dire que j'étais belle. Il n'attendait rien de plus. Je le fixais à mon tour, agréablement surprise, mais silencieuse. Je n'arrivais pas à articuler le moindre mot. C'était bien la première fois, que moi, Luna Elysia, sorcière la plus forte de ma génération, me trouvait sans mot en face de quelqu'un. Qu'est ce qui m'arrivait sincèrement ? Premièrement, j'avais laissé ma victime s'échapper, et deuxièmement, je me trouvais silencieuse et rougissante devant son fils. Alors que je m'apprêtais enfin à répondre, on entendit tout deux l'écho de la voix de son père, qui lui disait de venir rapidement. Il soupira, en me fixant de ses beaux yeux bleu.

Une mine boudeuse apparut sur son visage. Il semblait déçu. Son sourire disparut, puis, baissant la tête, il réussit difficilement à articuler quelques mots. "Puisque tu ne veux pas me répondre, puis-je au moins te demander ton nom ?". Je semblais vraiment l'avoir fait souffrir. Pourtant, je ne l'avais pas attaquer, ni lui, ni sa famille. C'était étrange, je ne comprenais pas ce qu'il se passait. Alors qu'il me lâcha la main, prêt à partir, un mot sortit de mes lèvres. "Luna.". Il se retourna d'un coup, souriant à nouveau, comme si rien ne s'était passé. "Enchanté, moi c'est Enzo. Ton nom est aussi agréable à entendre, que tu l'es à observer. J'espère que l'on se reverra". Puis, sans même me laisser le temps de réagir, il déposa lentement ses lèvres sur mes joues rouges de gêne, puis s'éloigna en souriant avant de disparaître dans la pénombre ...

Ce n'est que quelques jours plus tard, après avoir ruminer ma colère et ma honte dans mon coin, que je décidais de repasser à l'action, et de prendre ma vengeance. Je n'avais pas cessé de penser à Fra... ce morveux. Comment avait-il osé ? J'allais le lui faire payer ! Cette fois, je n'aurais aucune pitié pour lui, ni pour sa famille. Je les truciderais jusqu'au dernier. Je leur ferais cracher tout le sang qu'ils ont bu. Ils me le payeront .... Voilà ce que je ne cessais de me répéter durant ces quelques jours à l'écart de tout. Je me sentais humiliée. Moi, la grande Luna, j'avais été trompé par ce visage d'enfant, qui en profita pour s'approcher de moi, et poser ses lèvres sur mon corps. J'allais le lui faire regretter à ce nabot. Non mais, pour qui se prenait-il ?! Personne n'avait jamais eut l'autorisation de toucher à la grande Luna, et ce gamin n'y faisait point exception. Il allait me le payer, ça, il allait me le payer ...

Donc, quelques jours plus tard, je décidais d'y retourner. Cette fois, je ne me risquerais pas à les suivre de près comme je l'avais fait la dernière fois. Je ne sais toujours pas comment il a fait pour me voir, mais je ne reprendrais pas le risque de tomber dans son piège. Cette nuit là, son sang devait couler ! Je suis donc retournée dans la forêt où je suis certaine qu'ils s'abreuveraient la nuit, j'ai relancé le sortilège pour me rendre invisible, mais j'ai également utilisé celui qui me donnait des ailes, puis je me suis envolé pour les suivre depuis les cieux. Comme je l'avais prévu, ils ne tardèrent pas à arriver, et ils commencèrent à chasser. Étrangement, cette fois ci, ils se dispersèrent pour chasser. J’eus d'abord crut que tout ceci n'était qu'un piège qu'ils tentaient de me lancer, mais j'avais confiance en moi, et de toute façon, même tout les trois contre moi, ils ne feraient pas le poids. Tout ce qui me restait à décider, c'était qui serait le premier des trois à périr de mes mains ...

Ce fut bien évidemment une question idiote, car celui dont je souhaitais la mort à tout prix, c'était Fra... le gamin. Donc, dès qu'ils se dispersèrent, je pris le chemin emprunté par le garçon, et lorsqu'il fut assez enfoncé dans la forêt, donc suffisamment loin de ses parents, je décida de passer à l'action. J'atterris près de lui, et une fois au sol, je désactiva le sort d'invisibilité. Sans même se retourner, il m'adressa quelques mots : 'Je suis vraiment heureux que tu sois venue. J'espérais te revoir, et te voilà !". Il semblait heureux en disant ces quelques mots. Cet enfant était incroyablement énervant. Il prenait plaisir à me troubler. Il est vrai que le malheur des autres faisait également mon bonheur, mais ce n'était pas le même genre de situation, et puis, je peux me permettre de faire, et d'exiger ce que je veux après tout ! Je ne suis pas de leur rang, je leur suis supérieur en tout point !

Le jeune garçon s'était ensuite retourner vers moi, me fixant, une fois de plus, avec son sourire béat et qui me troublait tant. Je détestais tellement ce garçon. Je perdais tout mes moyens quand je me trouvais en face de lui. C'était la première fois que ça m'arrivait. Je ne voulais pas que ça m'arrive. Pourquoi cela m'arrivait à moi ? Qu'avais-je donc fait à l'Univers pour qu'il me fasse ça ? J'avais tué des centaines et des centaines de personnes, et alors ?! Ce n'était pas bien important. Qui sait le nombre de personnes qu'ils auraient tués dans le but d'assouvir leur idéaux délurés ? J'avais en quelques sortes sauvés des milliards de vie en n'en prenant qu'une centaine !! J'étais une héroïne. Bon, je dois l'avouer, ce n'est pas pour cela que j'ai tué ces personnes. Je les ai tués pour mon propre intérêt personnel, et par plaisir également. Mais mes intérêts servent d'autres personnes, donc même si ce n'était pas mon but principal, cela ne change rien au fait ! Donc pourquoi est-ce MOI qui me coltine cet abruti ... ?!?!?!!

Alors que j'étais toujours immobile en face de lui, il se décida à bouger. Il s'approcha lentement de moi, son sourire débile toujours au lèvres, pendant que je reculais lentement. A chacun de ses pas pour nous rapprocher, j'en faisais un pour nous éloigner. Sérieusement, qu'est ce qu'il m'arrivait ?! Pourquoi la grande Luna Elysia fuyait le regard d'un pathétique vampire incapable de chasser seul ?! Pourquoi ?!! Alors que je me heurtais à un arbre, le jeune garçon en profita pour accélérer le pas et ainsi faire disparaître la distance nous séparant. Il était désormais à quelques mètres de moi, et cet imbécile continuait à me sourire avec son sourire si innocent, si pure. Il m'énervait au plus au point, cette fois, j'étais prête. Rien n'allait m'arrêter, j'allais le TUER. Il souffrirait comme aucune de mes victimes n'avaient souffert. Je lui réservais la plus douloureuse des morts. Il me supplierait d'arrêter, et je prendrais plaisir à le voir souffrir, à lui faire mal, j'aurais ma vengeance. J'allais le tuer !! C'est à cet instant que je me fis la promesse de le tuer, de le vider de la moindre goutte de sang encore présent dans ce corps vampirique. 

C'est sur ces pensées que j'activa mes pouvoirs. Je me plongeais dans cet immense univers de magie présent à travers mon corps, regardant tout les orbes de magies que j'avais appris au fil des années. D'habitude, je savais exactement quoi utiliser, et je n'avais qu'à le penser, ou dire le nom de l'orbe à haute voix pour l'activer, mais ce gamin, je voulais être sur de l'arme que j'utiliserais, et de la manière utilisée, je devais en être certaine, je voulais qu'il souffre et donc, j'allais lui sortir le grand jeu. Au bout de quelques secondes, j’eus enfin trouvé ce que je cherchais. J'ouvris les yeux, prête à prononcer son nom, lorsque je vis son visage d'ange juste en face du mien. En face de mes ... COMMENT s'était il approché aussi rapidement ?! Était-ce des réflexes de vampire ? J'allais le massacrer. Alors que je m'apprêtais à hurler le nom de l'orbe qui marquerait sa fin, je vis que ses yeux s'attardaient sur .... Mon cou, oui, plus précisément mes veines ...

C'était donc ça ... Le jeune vampire avait envie d'hémoglobine. Pas celle d'un animal. Celle d'une belle jeune fille comme moi. Il voulait du vrai sang. Je me souviens que j'avais rit intérieurement à ce moment précis, et qu'un sourire malsain s'était formé sur mes lèvres. Décidément, la chance me souriait enfin. J'allais me venger de cet abruti, et en plus, je me vengerais de son père. Vous vous demandez sûrement à quoi je pense ?! Et bien, comme je vous l'ai fait savoir, le père d'Enzo, enfin, du gamin, fait parti de l'Ordre qui à pour but d'éradiquer toute menaces surnaturelles. Et que pensez vous qu'il se passera lorsque son propre fils sera devenu une menace surnaturelle ? Oui, vous avez tout compris. J'allais me servir de la soif de sang d'Enzo afin de le rendre si démoniaque que son père se verra forcer de le tuer, et ainsi, j'aurais ma vengeance sur ces deux abrutis ... En effet, je sais qu'Enzo a toujours été nourris de sang d'animaux, donc pour lui, la consommation de sang humain n'était pas tentante. Mais avec l'âge, les tentations changent ...

J'étais certaine qu'en laissant En... le gamin boire un peu de mon sang, toute ces années passés à boire du sang de créatures de bas étages s'effaceraient, et qu'il deviendrait accroc au sang humain. Et ainsi, il devra se nourrir plus, toujours plus, commençant à tuer, et à devenir démoniaque. C'était le plan parfait. Cet être pur qui avait eut le malheur de croiser ma route, allait devenir l'un des pire meurtriers que ce monde avait connu. Je suis une vraie génie. J'avais trouver le plan parfait. Je suis tellement fière de moi ! Alors qu'il me fixait toujours de ses yeux innocents, le sourire malsain sur mes lèvres devint encore plus démoniaque. Luna : 1 - Enzo : 0. 

Je me mis à lui sourire de façon aussi angélique que lui. Je vis que ses yeux pétillèrent lorsque mon attitude changea. Je l'intéressais, j'en étais certaine. Je n'avais qu'à utiliser son attirance envers moi pour le corrompre. Il ne fallait pas que je me précipite trop, ou, bien qu'il soit stupide, il allait découvrir la mascarade. Il fallait que je prenne mon temps. Je dois vous avouer que cela ne m'enchantait pas trop, car cela signifiait que j'allais devoir le côtoyer souvent, mais bon, après tout, la vengeance parfaite se doit d'être parfaite non ? Je commençais donc par décaler ma chevelure, laissant libre accès à mes veines. Je remarqua un léger mouvement d'éloignement de la part du garçon, qui bien qu'attiré, hésitait encore. J'allais vraiment devoir tomber bas pour l'aider à sauter le pas, et qu'ainsi, il boive mon sang. Bon, il était temps de passer en mode séductrice, j'allais l'attraper dans mes filets, et, une fois qu'il m'appréciera, je pourrais commencer ma vengeance. Je sais, je suis une garce, on me le dit souvent, mais après tout, il l'aura bien chercher !

Je me suis donc approchée de lui, toute souriante. J'avais l'air d'une bécasse, tout comme lui, mais au moins, il me croirait, et tout sera plus simple. Je me suis arrêté à quelques mètres de lui, comme il avait l'habitude de le faire. J'ai ainsi remarquer qu'il ne faisait que quelques centimètres de plus que moi. J’approchais mes lèvres de son visage, et les posa délicatement en un doux baiser sur ses joues. Il rougit immédiatement. Cela me fit rire intérieurement, mais les images de moi rougissant quelques jours plus tôt me calmèrent immédiatement. Ce sourire idiot et béat toujours sur les lèvres, je répondis à la phrase qu'il m'avait adressée plus tôt. "Je suis heureuse de te revoir également.". Je ne sais pas comment c'était possible, mais son sourire devint alors plus pur, plus idiot, que d'habitude. "C'était très agréable. Merci beaucoup.". Le rouge commença à me monter aux joues, mais je me mis à respirer calmement afin qu'il ne le voit pas. Ce fut trop tard.

"Tu es encore plus jolie quand tu rougis." me dit-il. Ce garçon ... Vivement que je m'en débarrasse. Je n'avais jamais ressenti ça, et il ne serait pas le premier qui me le ferait ressentir, je jure que non ! Il fallait que je change de sujet, ou tout allait déraper, et mon fabuleux plan tomberait à l'eau. "Alors comme ça, tu es un vampire ?". Il baissa légèrement la tête, semblant honteux. "Oui ... Mais je te promet que je n'ai jamais bu de sang humain, et que je ne te ferais jamais de mal, je ne suis pas méchant. Je te le promet". Qu'il était bête. Si seulement il était méchant, tout serait plus simple ... "Ne t'inquiètes pas, je te fais confiance, et puis, je dois t'avouer que je suis une magicienne pour ma part.". Les mots "Sorcière maléfique, démoniaque, souhaitant ta mort" aurait été plus judicieux, mais il fallait que je me conforme au rôle ! Ses yeux brillèrent, le rendant encore plus atti... gamin. "C'est vrai ?! Je n'ai jamais vu de magicienne !!" Il était vraiment stupide ma parole ... Il fallait que je le mette dans ma poche, il le fallait. "Bulle". D'une voix douce, j'avais prononcé le nom d'un des premiers orbes que j'avais appris à maîtriser. Il était inutile, mais ça ressemblait plus à de la magie blanche qu'à de la magie noire. Soudain, en un claquement de doigt, une avalanche de bulle, de toute les couleurs, apparurent. Il riait, il était heureux ...

Nous étions entourés par des milliers de bulles que j'avais fais apparaître. Il semblait ravi du spectacle, il était vraiment magni.... pitoyable à regarder. Toutefois, je souris brièvement en le voyant s'émerveiller pour de simple bulles. Il me fixa et sans réfléchir, me prit dans ses bras, brisant la distance qui nous séparait. Son corps était froid. Il était glacial même. Après tout, il était un vampire. Mais étrangement, j'avais l'impression qu'il dégageait une toute autre chaleur, son aura me réchauffait, m'apaisait. Bien que je ne lui aurais jamais avoué, le fait d'être dans ses bras m'avait plût. Les minutes passèrent, et soudain, j'entendis une branche craquer à quelques mètres de là. Instinctivement, je désactiva l'orbe de Bulle, et activa celui d'invisibilité. Juste à temps, sa mère était arrivée quelques secondes après, lui disant qu'il était temps de rentrer. Il lui fit savoir qu'il arrivait, qu'il voulait juste se nourrir un tout petit peu plus, et qu'il les rejoindrait dans quelques minutes. Sa mère soupira, comme à son habitude, puis s'éloigna en lui disant de faire vite, qu'elle avait sommeil. Une fois partie, il me reprit dans ses bras.

"J'ai bien fait de leur dire qu'on devait se séparer, qu'on finirait plus vite, sinon, je ne t'aurais peut être jamais revu." C'était un beau parleur. Mais après tout, pour que le plan fonctionne, il fallait que je sois cruche. Je ne savais pas s'il me voyait, malgré l'invisibilité, mais puisqu'il sentait ma présence, et qu'il avait pu me reprendre dans ses bras, mieux valait ne pas prendre de risque. Je me mis donc à sourire bêtement, lui murmurant "Depuis ce jour là, je n'ai cessé de penser à toi, j'espérais tellement te revoir. Je suis vraiment heureuse que ce soit réciproque, et j'espère qu'on se reverra bientôt.". Pour que mes paroles soient encore plus facile à croire, je fis quelque chose de tellement stupide que je m'en étais voulu, mais il fallait vraiment que tout fonctionne. J'ai donc approché mon visage du sien, puis lentement et délicatement déposée mes lèvres à la commissure des siennes, dans un doux et agréable baiser. Sans même lui laisser le temps de réagir, je déploya mes ailes qui s'était rétractée depuis le temps, brisant ainsi l'étreinte nous liant, puis m’envolai dans les airs. Je pris quand même le temps de me retourner pour voir sa réaction. Il était devenu rouge cramoisi, et avait déposé ses doigt à l'endroit où mes lèvres s'étaient posés. J’activai l'orbe qui me permettait de lire dans les pensées, et je compris qu'il avait apprécié. Je dois avouer que moi aussi, j'avais aimer, mais ne parlons pas de ça. Je me mis à voler à vive allure dans la pénombre ambiante ...

Les mois passèrent. Cela allait bientôt faire un an que je le connaissais. Je m'en souviens non pas car il m'a marqué, mais car je l'ai rencontré quelques temps après mon anniversaire, et que ce dernier se déroulerait dans quelques jours. Oui, j'allais avoir 18 ans ! Cela faisait donc plusieurs mois que nous nous étions rencontrés. Depuis ce fameux jour où mon plan machiavélique avait débuté, nous nous étions souvent revu. Au début, nous ne ne voyions que la nuit, lorsqu'il se nourrissait. Il se séparait de ses parents, prétextant qu'il était grand et qu'il devait apprendre à se débrouiller. Ses parents étaient encore plus naïfs qu'il ne l'était. Vraiment pathétique. Donc, on se voyait tout les soirs, on apprenait à se connaître, et finalement, il n'était pas aussi inintéressant qu'il n'en avait l'air. J'ai appris à le connaître, et je commençais à l'apprécier ...

Sa mère était une créature assoiffée de sang jusqu'à ce qu'elle rencontre son père et qu'elle en tombe amoureuse. Lui n'était qu'un pauvre humain, et il était vraiment effrayé par elle au commencement, mais finalement, l'amour avait été plus fort, et ils avaient commencé une relation. Grâce aux pouvoirs d'une sorcière, ils avaient pu contourner la stérilité de la vampire et ainsi naquit Enzo. Pour se rapprocher de sa famille, le père se décida à sauter le pas, et se transforma à son tour en vampire, mais, mis à part pour la transition, il ne but jamais de sang humain. Enzo était donc un demi-vampire, né d'un père humain, et d'une mère vampire. Il était un cas unique, tout comme moi. C'était peut être ce qui nous rapprochait. J'étais une demi-sorcière, et pourtant, j'étais bien plus puissante que toute les sorcières de ma dimension. Peut être était-ce le cas pour lui aussi. Dans tout les cas, plus les soirs passaient, plus je tenais à lui ... Oui, je tenais à lui. 

Bien évidemment, lui aussi tenait grandement à moi. Il m'avait même présenté à ses parents. Enfin, présenté, ce n'était pas son intention, disons que ses parents l'avaient filé lors d'une de leur soirée chasse, et l'avait vu avec moi. Ils étaient apparus d'un coup près de nous, et furent surpris. Nous nous étions installés près d'un arbre, lui contre l'arbre, et moi contre lui, ses bras enlacés autour de moi. Nous discutions tranquillement, et ses parent étaient arrivés. Au début surpris, ils se mirent rapidement à sourire lorsqu'ils virent que leur fils n'avait jamais été aussi heureux que près de moi. Il m'avait donc officiellement introduit à sa famille, qui m'avait accepté à bras ouvert. Nous avions discuté tout les quatre le restant de la nuit, et lorsque les rayons du soleil menacèrent de pointer le bout de leur nez, ils avaient disparus, non sans au préalable m'avoir indiqué qu'ils m'appréciaient, et que leurs bénédictions nous était accordée. Enzo semblait tellement heureux. Notre relation avait évolué tellement vite, et je faisais maintenant parmi de la famille des gens que je souhaitais voir mort ... Tout s'était finalement retournés contre moi ...

Je devais en finir au plus vite, où je ne tiendrais jamais, et je finirais par abandonner, et cela ne devait jamais arriver. C'était tout bonnement impossible que j'abandonne, il ne fallait pas, je devais résister. J'ai donc décidé de passer à la vitesse supérieure. Il fallait que l'on puisse se voir plus souvent, afin que tout se termine plus vite. Malheureusement, en tant que vampire, il ne pouvait sortir sous la lumière du soleil, au risque de se désintégrer. Heureusement que moi, la plus puissante sorcière du monde, avait une solution. J'avais réussi à trouver un sortilège qui permettait de protéger les vampire du soleil. Il me suffisait d'enchanter un objet, qu'ils devaient porter pour sortir au soleil. Le sort fut rapidement maîtrisé et il ne me restait plus qu'à les convaincre de bien vouloir les porter. Je m'étais donc rendu chez Enzo, en pleine matinée. Normalement, à cette heure-ci, les vampires dormaient, mais sa famille souhaitait plus que tout vivre comme des humains, avaient adopté un style de vie similaire à celui de tout êtres humains normaux. 

Ses parents m'avaient fournis une clé de leur manoir, afin que je puisse venir quand je le souhaite. Bien entendu, je ne l'utilisais que rarement car je ne pourrais jamais assouvir mon plan s'ils se trouvaient dans la même maison. Je devais donc faire sortir Enzo de ce manoir pour lui permettre de boire de mon sang. Il le fallait absolument. J'ai donc pénétré à l'intérieur de la maison le plus silencieusement possible, et à peine rentrer, la porte se referma afin d'éviter que les rayons du soleil n'entre. Immédiatement, la voix de la femme de maison retentit pour m'accueillir et m'informer qu'ils se trouvaient dans le living-room. Connaissant le chemin par-cœur, je me dirigeais sans mal, et une fois dans l'encadrement de la porte, j’eus pour accueil leur visage souriant. Mon anniversaire approchait à grand pas, et ce serait l'occasion parfaite pour mettre mon plan en place.

A peine eus-je le temps de parler, qu'Enzo apparut à toute vitesse près de moi, (c'était l'une des facultés des vampires), me prit la main, et m'installa sur ses genoux sur l'un des nombreux fauteuils du salon. Au début, ses marques d'affections me gênaient, mais finalement, tout ceci était devenu une habitude, puis, cela me plaisait également. Nous commençâmes donc à discuter tous ensemble, et finalement, le sujet dériva. Enzo avait parler à ses parents de mon anniversaire qui approchait, qui proposèrent immédiatement que je passe la journée avec eux. Cela me fit bien évidemment plaisir, en surface du moins, mais mon plan ne pourrait être mis en place. Je les regardais sérieusement, et leur parla du fait que, bien que je les adore, j'aurais tellement aimé passer une journée entière avec Enzo, sortir, et faire le genre de chose que les gens normaux font pour leur anniversaire. Ses parents me regardèrent tristement. 

"Ma chère Luna, tu sais, s'il le pouvait, nous en serions ravis, mais le soleil ...". Et voilà, tout était parfait. J'allais traîner Enzo hors de cette maison, et le plan serait joué. "Je suis bien au courant, Madame. Et comme vous le savez, je suis magicienne. J'ai réussi à trouver un sort qui pourrait vous permettre, à vous, et à Enzo, de sortir au soleil. J'ai réussi à le maîtriser, il me suffirait juste de lancer le sortilège sur un objet qui serait alors enchanté, et, en portant cet objet sur vous, vous pourriez sortir à la lumière du soleil, et ainsi, reprendre une vie normale, comme vous l'avez toujours souhaitez ...". C'était dans la poche, j'avais assuré. Je leur avais dit tout ce qu'ils avaient besoin d'entendre. C'était parfait, j'étais tellement douée. Après la révélation faite, il ne me restait plus qu'à les observer, en attendant qu'ils me disent oui. J'étais resté sérieuse tout au long de ma réplique, et, ajoutant un ton triste à ma voix, laissa même de fausses larmes couler de mes yeux violet. Je riais intérieurement.

Son père prit alors la parole. "Je n'ai jamais entendu parler de ce sort, ne serait-ce pas un sort interdit par hasard ?". Et mince. J'avais oublié que cet abruti faisait parti de l'Ordre. Il allait tout gâcher. Il fallait que je trouve un moyen de le persuader. Je me mis en mode actrice, et commença à répondre, d'une voix tremblotante. "Je ... Je ... Je suis ... Désolée. Je l'avoue ... Ce sort est un sort interdit ... Je ne suis vraiment pas fière de moi ... Je ne suis qu'une abrutie ... Je suis un être détestable ... Je suis mauvaise ... Je n'aurais pas dû ... Je ne mérite pas votre confiance ... Je suis tellement désolée ... J'aime tellement votre fils que je voulais juste pouvoir passer une journée seule et normale avec lui ... Mais j'ai eus tord, je suis désolée ...". C'était joué. Je me mis à sangloter. J'étais vraiment douée. Les larmes coulaient sans cesse de mes yeux rougit par les pleurs. Enzo me prit dans ses bras, essayant de me réconforter.

"Luna, ne t'excuses pas. Je te comprends tout à fait. Si j'avais été en mesure de le faire il y a longtemps, je l'aurais fait, crois moi. Tout ce que je souhaite, c'est la meilleure des vie possible à mon fils, et je sais, que cette vie là, il n'y a que toi qui puisse la lui offrir. J'espère donc que tu me pardonneras, et que tu accepteras d'utiliser tes pouvoirs pour permettre à mon fils de ne plus être affecté par le soleil, en espérant que tu auras même la bonté de le permettre à ma femme, et à moi même malgré tout. Je te promets également que personne ne sera au courant du fait que tu aies utilisé un sort interdit. Je t'en prie ...". Qu'il était stupide. Il était tomber dans le panneau tellement rapidement, quelques larmes, et le tour était joué. J'étais vraiment fière de moi. Je me débrouillais vraiment bien, j'avais du talent, c'est tout. Je releva lentement la tête, toujours en pleurant, et lui répondit. "Ce serait un plaisir Sir, même un honneur de vous permettre d'avoir la vie que vous méritez ...". 
Une effervescence de joie s'empara dès lors de la maison. Les voir si heureux me mettait le baume au cœur malgré tout ...

Après que les rires, les pleurs de joie, et les remerciements furent terminés, on décida de commencer. Je leur avais demander à chacun de chercher l’accessoire qu'ils souhaitaient que j'enchante, en leur précisant, si possible, d'en choisir un ornée d'une pierre de lune, ce qui augmenterait la protection. En réalité, j'aurais pu le faire avec n'importe quel objet vu ma puissance, mais je ne devais pas paraître trop forte. Après quelques minutes, Enzo revint avec un anneau en or surmonté d'une pierre lunaire, son père lui avait préféré prendre une chevalière. Bien plus tard, leur mère revint avec une tonne de bijoux, et après une heure où, avec mon aide, nous pesâmes le pour et le contre de chaque bijou, elle porta finalement son choix sur un collier ornées de pierre de lune. Tout était prêt, il ne me restait plus qu'à commencer l'enchantement ...

Je me plaça au centre de la pièce, les trois accessoires autour de moi. Les vampires eux, s'étaient installés en retrait pour ne pas me perturber. Je me mis à inspirer profondément. Que c'était énervant de passer pour une débutante ... Je fis mine d'avoir quelques spasmes, afin de leur faire croire que cela devenait dangereux, et immédiatement, Enzo avait hurler mon nom, m'indiquant que je pouvais tout arrêter si je souffrais, qu'ils comprendraient, qu'il ne voulait pas que je sois blessé. Je lui fis signe de rester à sa place. Je dois avouer que sa préoccupation envers ma personne m'avait vraiment touchée. Je l'aimais bien ce jeune homme ... Après quelques minutes de spasmes contrôlés, je me décida enfin à commencer le rituel. Je prononça quelques mots incompréhensibles, puis, comme toute magicienne débutante qui se respecte, commença à réciter la formule accompagnant le sort à haute voix. Que s'était fatiguant de passer pour une débutante.

Les accessoires étaient désormais en lévitation, et virevoltaient autour de moi. Le vent soufflait étrangement fort à l'intérieur du manoir, alors que toute les fenêtres étaient pourtant fermées. C'était la preuve de mon immense pouvoir. Une magicienne débutante n'aurait jamais pu réaliser un sortilège aussi puissant, mais cela, ils l'ignoraient. Plus un sort était de niveaux supérieurs, plus sa formule de lancement était longue. Heureusement pour moi, ma puissance me permettait de passer outre ces rituels de pacotilles. Lorsque l'immense formule fut récitée, les objets foncèrent vers leur propriétaire, et le vent arrêta de souffler. Je fis semblant de m'écrouler sur le sol, tremblante, et haletante. Ils s'approchèrent immédiatement de moi, inquiet. Je les rassura d'un sourire, puis leur demanda faiblement d'enfiler leur bagues pour les hommes, et d'accrocher son collier pour la femme. Lorsque cela fut fait, j'ouvris par la pensée l'une des fenêtres du salon, la plus grande, celle qui créerait le plus de lumière. Ils se protégèrent immédiatement à l'aide de leur bras, criant de douleur. Au bout de quelques secondes, ils s'arrêtèrent, se rendant compte que rien ne s'était passé. Oui, ils ne s'étaient pas désagrégé. Une nouvelle effervescence de joie s'empara de la demeure.







Dernière édition par Luna le Dim 5 Fév - 0:06, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Luna


» Messages : 1838
» Pièces : 119
» Age : 21



Feuille de personnage
Nom & Prénom ::
Classe:
Boite à objets:



MessageSujet: Re: The Personal Diary of a Creepy Girl    Lun 11 Juil - 0:09

Histoire



    Quelques jours étaient passés depuis le jour de leur libération. Ils ne cessèrent de me remercier pour l'immense cadeau que je leur avait fais. Ils en avaient immédiatement profité pour sortir de la demeure, et profiter du soleil. Ils ne m'avaient jamais sembler aussi heureux. Pourtant, Enzo était resté près de moi, préférant s'assurer que je me porte bien. Je lui avais fait comprendre, par un large sourire, que ça irait, et qu'il pouvait lui aussi profiter de sa libération. Il m'avait alors fait un énorme câlin, me soulevant afin de m'emmener avec lui sur le porche de la demeure. Nous avions passés le reste de la journée sous ce soleil de feu, à rire, à nous amuser, puis, après leur chasse de la soirée, je les avais laisser. L'attitude de Enzo m'avait profondément touché. Il n'avait jamais pu sentir le soleil sur sa peau, et pourtant, il avait préféré rester auprès de moi afin d'être sur et certain que je me portais bien ... Il était tellement attentionné ... Dire que tout cela n'était qu'un jeu pour moi, un jeu de manipulation, un jeu ... J'essayais de me persuader de cela, mais au fond de moi, je savais que je tenais à lui autant qu'il tenait à moi ...

    Le jour de mon anniversaire arriva enfin. Je dois vous avouer que même si je n'étais plus une enfant, les anniversaires restaient une grande passion pour moi, et j'étais autant voir plus excitée qu'avant de le fêter. Après tout, cet anniversaire là, ce serait le premier que je passerais avec Enzo, et puis, nous pourrions sortir dehors. Ce serait notre première vraie sortie, j'avais vraiment attendue ce jour là depuis longtemps. Oui, ce jour où je devais mettre mon plan a exécution était finalement devenu le jour où je sortirais enfin avec lui, et que je lui avouerais enfin mon amour. Oui, j'allais lui dire que je l'aime, il le fallait. Mais aurais-je ensuite le courage de mettre mon plan a exécution après cela ? Je n'en ai aucune idée ... Finalement, le jeu n'en était pas vraiment un ... J'aimais Enzo. Je n'aurais jamais cru dire cela un jour, mais oui, je l'aimais. Je suis tellement stupide ... Ce que j'espérais, c'est que ce jour là, le jour où ma vie allait changer, tout ce que je souhaitais c'était que les sentiments que j'avais envers Enzo soit réciproque. Oui car ce jour là, ma vie allait être bouleversée .... 

    Je m'étais réveillée aux aurores. L'immense maison dans laquelle j'avais vécu avec ma tante et sa famille me semblait bien vide maintenant qu'ils n'étaient plus présents... Aujourd'hui, le grand jour était arrivé. Je m'étais levé tôt afin d'avoir le plus de temps pour me préparer, et ainsi être parfaite pour le vampire. Il pensait me faire une surprise, mais sa mère m'avait appelée la veille pour m'avertir qu'il viendrait me prendre à 10h. Elle voulait juste me tenir au courant car entre filles, on savait que l'on voulait toutes être parfaite pour ce genre d'occasion. J'avais avoué à sa mère et à son mari, toute l'histoire, le pourquoi de ma rencontre avec eux, mon plan, et ce que je comptais faire. Mais, et c'était sûrement le plus important, je leur avais avoué que je comptais tout abandonner, que je l'aimais pour le faire souffrir, lui, et sa famille que j'appréciais, et que s'ils souhaitaient que je m'éloigne de leur fils, je le ferais. Sa mère s'était mise à rire, et elle m'avoua, que dès ma rencontre, ils avaient su qui j'étais, ce que j'avais fait, et qu'ils n'auraient pas hésité à se battre si le besoin était, mais qu'ils avaient également remarqué à quel point j'avais changé, et que c'était tout ce qui comptait pour eux. Cependant, s'ils étaient au courant, peut être qu'Enzo le serait aussi ... ? Cette question n'avait cessé de me faire cauchemarder durant la nuit, mais il fallait que je sois parfaite pour lui ...

    Dès que les rayons du soleil s'était levés, je m'étais précipitée en dehors du lit, en direction de la salle de bain. Ce lieu allait être la pièce cruciale pour ma préparation. Je tenais vraiment à ce que tout soit parfait.Enzo était plus-que-parfait, et je voulais lui être égale. C'était ma journée. C'était notre journée. Je fis donc immédiatement coulé un bain, dans lequel je resta plus d'une heure. Après tout, j'avais le temps, le soleil se levait plutôt tôt en cette saison, donc j'avais le temps de prendre soin de moi. Après m'être correctement lavée, je passais à la case rinçage. Une fois totalement propre, j'enfilais mes sous-vêtements, ainsi qu'une paire de collants blanc, assortis au reste des vêtements que je porterais. Place aux cheveux, avoir une belle coupe était d'une importance primordiale également ! Je les avais donc parfaitement séché, puis lissé, et ensuite, légèrement ondulé. Le résultat fut à la hauteur de mes attentes, mais je n'avais pas de temps à perdre ! Ensuite, il fallait que je m'occupe de mes ongles. Chaque détail comptait. Je savais que Enzo n'y prêterait pas attention, du moins, je l'espère, mais je voulais, comme je l'ai déjà dit et répété, que tout soit parfait. Je m'étais donc coupé, vernis et manucuré les ongles afin qu'ils soient parfait. Je me suis ensuite dirigé vers le dressing, cherchant la tenue parfaite parmi les centaines de tenues que je possédais. Ma tante ayant été assez riche, je fus une enfant assez gâtée durant mon enfance, et tout l'héritage m'est parvenu suite à sa disparition. Je finis par trouver la robe parfaite. Elle était également blanche, sans bretelle, et m'arrivait jusqu'aux genoux. C'était une robe plutôt enfantine, avec des rubans et autres accessoires, mais je n'étais pas bien grande, et puis c'était le genre de vêtements qui me plaisait. J’enfilai également de petites bottines blanche, afin de gagner de précieux centimètres et ne pas paraître trop petite vis à vis de Enzo qui grandissait de jour en jours. Il était déjà 9h30, je n'avais plus beaucoup de temps. Je passa donc le peu de temps qui me restait à choisir divers accessoires, afin d'être la plus jolie possible. Je portais donc un ensemble de bijoux en or blanc, des boucles d'oreilles, à l'anneau, en passant par le collier et la gourmette. (Qui m'avait d'ailleurs été offerte par Enzo, son nom se trouvant au verso du bracelet, je lui avais offert la même, avec le mien au verso). J'avais passé une bonne partie de mon temps restant sur cela, et j’eus à peine le temps de mettre une mince touche de crayon noir autour de mes yeux qu'on sonna à la porte. Il était exactement 10h. Je pris quand même le temps de me parfumer, et de mettre du gloss, tout deux fruités avant de descendre ouvrir la porte.

    Une fois la porte ouverte, j'entendis un "Joyeux Anniversaire" et je le vis, vêtu d'un magnifique costard noir. Il avait même mis une chemise, une cravate, et des chaussures de villes. Je ne vous l'ai jamais dit, mais il détestait tout ces accoutrements, il avait donc du faire des efforts surhumains pour venir ainsi vêtu me voir. Il était encore plus craquant que d'habitude dans cette tenue. Je vis également un magnifique bouquet composé d'une centaine de rose, de couleur rose. Je m'y connaissais quelques peu en langage des fleurs, après tout, j'étais magicienne, et si je me souviens bien, ces fleurs signifiaient qu'il m'aimait d'un amour pure et véritable, bien qu'il n'ose pas forcément me le montrer. Mais, elles pouvaient également signifier qu'il me considérait simplement comme une amie, ce qui, par contre, me gênerait un peu plus ... Je décida cependant de passer outre le message qu'il souhaitait m'adresser, et de profiter de notre journée. Il me tendit le bouquet de rose, ainsi qu'un bracelet surmonté d'une rose, blanche cette fois-ci, prouvant la pureté de ses sentiments mon égard. Il me sourit, attendant que je prenne le bouquet. Il était tellement innocent à cet instant là, j'aurais pu rester des heures à le contempler que j'aurais passer une des plus belles journées de ma vie ...

    Néanmoins, je remarqua rapidement l'impatience qui se lisait sur son visage, et me décida enfin à bouger. Je l'embrassa sur la joue, le remerciant pour le bouquet, puis, d'un claquement de doigt, créa un vase remplie d'eau dans lequel je mis les fleurs avant de partir, bras dessus-dessous en journée avec l'homme que j'aimais. Je rêve ou je viens clairement d'avoir que je l'aimais ?! Peut m'importe. Je profiterais de cette journée, et c'était tout ce qui comptait pour moi à cet instant. Je l'avais donc suivi à l'intérieur de l'immense limousine appartenant à sa famille. Il agissait en parfait gentleman, m'ouvrant le porte pour que je rentre, et faisant attention à chacun de mes gestes. Après quelques minutes de silence, il ouvrit enfin ses fines lèvres pour me parler. "Tu es toute en beauté aujourd'hui. Je te trouve vraiment magnifique.". "Je te remercie sincèrement. Et je te trouve vraiment splendide dans ce costume, le fait que tu te sois décidé à en porter un malgré tes réticences me va droit au cœur.". "Sache que, pour toi, je serais prêt à tout." Cette phrase la me fit monter le rouge au joues, je vis un sourire se dessiner sur ses lèvres à cet instant, et je continua à lui sourire. 

    Nous discutâmes tout le long du trajet qui nous mènerait dans un lieu encore inconnu. il tenait à garder le secret intact, et les vitres de la limousine étant teintées, je ne pouvais rien voir. (J'aurais pu si je le voulais vraiment, mais bon.) Au bout d'une heure, qui était passée incroyablement vite étant donné qu'il se trouvait à mes côtés, nous arrivâmes dans un lieu que j'adorais, le parc d'attraction. C'était la première fois que je le voyais vide. Oui, il n'y avait pas la moindre âme qui vive en ces lieux, mis à part nous deux. J'étais tout de même fascinée par ce parc, que j'avais tant de fois voulu visiter, mais cette fois était particulière puisque ce serait la première fois avec lui ... Il semblait heureux de sa surprise, et m'avoua finalement que le parc appartenait à sa famille, et qu'ils l'avaient fermés au public afin que nous puissions en profiter tout les deux. Je lui souris, puis après l'avoir embrasser sur la joue, pris sa main et l'emmena en courant vers le parc. Cette journée allait être magnifique, j'en étais certaine.

    Nous avions passé toute l'après midi à profiter de chacune des attractions du parc. Ce dernier était vraiment immense, et vu nos tenues, nous avions évitez les attractions à eau, qui étaient tout aussi nombreuses que les attractions non aquatiques. Toutes les attractions possibles étaient présentes. Nous avions donc fait les traditionnelles auto-tamponneuse, il m'avait bien évidemment laisser le tamponner autant que je voulais, la maison hantée dans laquelle j'en avais profité pour me blottir contre lui, ainsi que toutes les attractions à sensations fortes composés de loopings, et autres qui nous firent hurler, mais nous en profitâmes au maximum. La journée passa tellement vite ... Je n'avais même pas trouvé le temps de lui parler, mais je me devais de le faire. Je le lui devais. Il le méritait. Il avait le droit de savoir ... Il semblait exténué, mais je le supplia de faire un tour de grande roue. C'était le moment idéal pour lui révéler ce que j'avais à lui dire. Comme il en avait l'habitude, il sourit, et me prit par la main vers la grande roue, encore une fois, pour me faire plaisir ...

    Nous montâmes dans la nacelle, et je sentis mon cœur se serrer. Je le tenais par la main, et j'attendis que notre nacelle s'arrête au sommet de la tour. A ce moment là, j’activai l'un de mes orbes qui me permit de pirater la machine de contrôle, et ainsi de nous bloquer tout en haut de la roue. Tout était en place, il ne me restait plus qu'à parler. Il ne remarqua pas que nous étions bloqués, profitant du spectacle tout en pointant chaque endroit qu'il reconnaissait en souriant. Il était si innocent .. Je pris mon courage à deux main. Il fallait que je lui dise tout maintenant, ou je n'en aurais jamais le courage. J'ouvris donc lentement la bouche, et essuya les larmes qui naissait au coin de mes yeux. Dès qu'il me vit dans cet état, il se rapprocha immédiatement de moi, inquiet. C'est à ce moment que je pris la parole, me rendant compte que je ne méritais aucunement tant d'attention. Je commença donc à lui narrer toute l'histoire. Je lui raconta tout dans les moindres détails. Les larmes coulaient le long de mes joues, gâchant le peu de maquillage que j'avais mis. Mais, malgré tout, je continuais à conter mon histoire d'une voix tremblante. Les secondes s'écoulaient comme jamais. J'avais l'impression que ça faisait des heures et des heures que je lui racontais cette histoire dont j'avais si honte. Au bout d'un temps qui me semblait interminable, j’eus enfin finis de lui narrer les événements de ma vie, et de la sienne depuis quelques mois maintenant. Son visage n'exprimait rien. Il ne sourcillait même pas. Je n'eus le temps de ne prononcer qu'une dernière phrase, que je n'avais cessé de prononcer lors de ma tirade, avant de littéralement fondre en larme, honteuse. "Pardonne moi ...".

    C'est à cet instant que je le sentis bouger. De ses douces mains, il vint relever ma tête, et sécher mes larmes. Sans même m'adresser un mot, il s'était approché de moi, et avait déposé ses fines lèvres sur les miennes. Ce premier baiser sembla durer des heures. Ce moment était magique. Nos lèvres étaient juste scellées en un chaste baiser. Au bout de longues minutes qui me parurent bien trop courtes cette fois-ci, il brisa l'union de nos lèvres. Silencieuse sous l'effet du choc, je ne bougea pas, lorsque sa belle voix se fit entendre. "Je te pardonne. Je dois t'avouer que j'étais déjà au courant de tout cela, mais ça ne change rien. Je t'aime et je t'aimerais toujours. Peut importe ce que tu as fais, ce que tu fais, ou ce que tu feras. Tu es la femme de ma vie, et c'est à tes côtés que je veux passer la mienne.". Sur ces mots, il avait sorti un écrin de ses poches, et l'avait ouvert devant moi. A l'intérieur se trouvait une magnifique bague, surmontée d'une pierre de lune, était l'exact réplique de celle que j'avais enchanté pour lui. "A travers cette bague, je tiens juste à te montrer l'amour que je te porte, et également te prouver que je suis prêt à passer le reste de ma vie à tes côtés, si bien entendu, tu le souhaites aussi." A peine eut-il finit sa phrase que je scellai de nouveau nos lèvres en un tendre baiser, signe de ma réponse. 

    J'étais allongée sur mon lit. dans ses bras. Suite à sa déclaration dans la nacelle, et après le baiser, il avait enfilé l'anneau à mon doigt, signe de notre engagement éternel. Je n'avais jamais été aussi heureuse de toute mon existence. Nous étions ensuite rentrés, et nous avions eut le plus extraordinaire des dîners d'anniversaires. Il avait fait venir de grand cuisiniers qui nous avait préparé un festin royal. J'avais eut le droit à la totale, tout les mets les plus exquis de notre dimension, et le plus adorable des gâteaux d'anniversaires puisqu'une photo de nous deux avait été représenté dessus. A la fin du repas qui s'était éternisé, Enzo m'avait offert des tonnes de cadeaux, tout plus sublimes les uns que les autres, mais il m'avait déjà offert le plus beau qui soit, son amour. Lorsque le déballage fut terminé, je lui fis visiter ma demeure. Après tout, c'était la première fois qu'il s'aventurait chez moi. Puis, j'avais terminer la visite par ma chambre, où nous nous trouvions toujours. Être dans ces bras était l'un de mes moments favoris depuis que j'étais avec lui. Il m'avait déjà offert les plus belles preuves d'amours dont je pouvais espérer, c'était à moi de lui rendre l'appareil. Je vous passe les détails, je suppose que vous savez de quoi je parle...

    Le lendemain matin, ce fut une fois de plus les rayons du soleil qui me réveillèrent. Cependant, la matinée était bien plus avancée que lorsque je m'étais levée la veille. Étrangement, je ne sentis pas le corps d'Enzo près de moi. Je décida donc de me lever, et après être passée sous la douche, qui, semblait avoir été utilisé il y a peu, je descendis à l'étage. J’aperçus sa silhouette, toujours aussi adorable, qui avait préparé un petit-déjeuner digne d'une reine. Je m'approcha de lui, et bien que je l'embrassa rapidement pour le remercier, il ne me fit pas son sourire habituel. Lorsque nous passâmes à table, il mit le plus de distance possible entre nous. Je ne comprenais pas. Avais-je fais quelque chose de mal ? Lui avais-je causé du tord ? Alors que je m'inquiétais de plus en plus, et qu'il poursuivait ses efforts pour ne pas croiser mon regard, j'entendis un bruit sourd, et lorsque je baissa les yeux, je vis son corps sur le sol. Je m'étais immédiatement jeté près de lui, et, grâce à l'un de mes orbes, l'avait déposé sur le lit où nous avions passés la nuit. Ce n'est que quelques heures plus tard qu'il se réveilla, légèrement fiévreux.

    Quel soulagement j'avais ressenti lorsque je le vis ouvrir les paupières. Il ne semblait pas en très bon état, mais au moins, il était encore vivant. Je m'inquiétais vraiment pour lui. Je pensais appeler ses parents pour leur demander de l'aide, mais lorsque j'émis l'idée, bien que faible, il avait violemment refusé. Il ne souhaitait pas les inquiéter inutilement, mais de mon côté, je ne trouvais pas du tout cela inutile. Je m'approcha de lui, me glissant sous les couvertures afin de le prendre dans mes bras. Je commençais à croire que c'était moi qui l'avait rendu malade, je ne sais pas comment, mais je me sentais tellement coupable. Il dut ressentir mes appréhensions, et me pris instinctivement dans ses bras, afin de me rassurer. C'était à moi de faire ça, c'était lui le malade parmi nous. Je ne comprenais pas pourquoi il ne s'inquiétait pas plus que ça. Il devait être au courant des causes de sa subite montée de fièvre. Je décida donc, d'activer l'orbe qui, quelques temps plus tôt m'avait permis de sonder son esprit. C'est ainsi que la réponse me parut évidente. Du sang. Il n'en avait pas consommer depuis hier. J'aurais du me douter qu'en tant de vampire, la nourriture consommée hier ne le nourrissait pas vraiment. Ce qu'il lui fallait, c'était du sang, et tout de suite, sinon, il pourrait subir de lourd dégâts. 

    "Mais pourquoi tu ne m'as rien dit ?! Il te faut du sang maintenant, ou qui sait ce qui pourrait t'arriver !". Il semblait étonné que je sois au courant, mais il n'était pas réellement en état de débattre, il était faible, et sans sang dans son organisme, je ne donnerais pas long feu de lui. Tout ça, c'était ma faute. A force de passer des nuits entières à mes côtés à bavarder, j'aurais du remarquer qu'il ne chassait plus ! Que je suis stupide, je me sentais tellement coupable. Après tout, tout ceci était réellement ma faute. Je ne m'étais préoccupé que de moi même, laissant totalement de côté les besoins de mon petit-ami ! Il fallait que j'agisse rapidement, et que je le sauve immédiatement, où je m'en voudrais toute ma vie. Il fallait que je l'aide, après tout ce qu'il avait fait pour moi, c'était la moindre des choses. Mais où trouvez un animal en quelques minutes qui lui permettrait de se nourrir ? C'était tout bonnement impossible. J'aurais bien pu en créer un, mais qui sait si ce faux sang avait les même effets que le vrai sang, et si cela allait réellement l'aider. Il ne me restait plus qu'une solution. Le nourrir de mon propre sang. Je connaissais les risques, autant pour lui que pour moi, mais j'étais prête à tout pour le sauver. Au moment où cette idée germa dans mon esprit, et que mon regard croisa le sien, il compris ce à quoi je pensais, et il s'y opposa totalement. Il utilisa même ses dernières forces pour courir rapidement au rez-de-chaussée, et ainsi essayer de s'enfuir, mais lisant toujours ses pensées, j'avais pu me téléporter juste devant la porte d'entrée, lui bloquant le passage.

    Lorsqu'il me vit en face de lui, il essaya de se retourner et de fuir de l'autre côté, mais il tomba d'épuisement, et j’eus juste le  temps de me téléporter près de lui afin de le rattraper avant qu'il ne s'effondre comme précédemment. Je le pris dans les bras, en essayant de le rassurer. "Ne t'inquiètes pas, je te promet de prendre soin de toi, un peu de sang ne fera que t'aider, j'ai confiance en toi, tu ne me feras pas de mal, je t'aime.". Sur ces derniers mots, je l'embrassa rapidement, puis, je lui libéra un accès jusqu'à mon cou, plaçant son visage près du mien, ses crocs à portés de ma jugulaire. Je ferma lentement les yeux, lui demandant par télékinésie de le faire, que c'était pour le sauver, que je ne lui en voudrais pas. Après quelques minutes d'hésitations, je sentis finalement ses crocs se planter dans ma peau, et mon fluide sanguin s'échapper peu à peu de mon corps. Je pensais que la morsure me ferait souffrir, mais, son but n'était pas de me faire souffrir, et j'étais consentante, donc rapidement, la douleur s'estompa, et le plaisir prima. J'étais heureuse d'enfin pouvoir rendre l'appareil à l'homme de ma vie. Cela ne faisait que quelques centième de secondes qu'il se nourrissait de mon sang, que pourtant, j'entendis des bruits de pas sur le porche. 

    J'entendis alors une voix, que jamais, au grand jamais je ne pensais réentendre. "J'ai entendu dire que tu sortais avec un vampire ?! Pourrir ma vie en tuant ta mère et en étant une sorcière ne te suffisait pas petite garce, il faut en plus que tu salisses mon honneur en t'affichant avec ce genre de créature ?!". Mon père. Cet homme que je détestais plus que tout. Cet homme qui n'avait jamais fait parti de ma vie, qui n'avais jamais voulu me voir, était là, sur le pas de ma porte, à me reprocher mes actions. Étais-je en train de rêver ?! Non mais, c'était le comble sérieusement. Lui avais-je reproché moi quand il avait remplacé ma mère par cette traînée des bas quartiers et qu'il lui avait fait un enfant ?! Non, alors, de quoi se mêlait-il cet abruti ?! Je sentais la colère qui m'avait animée pendant tant d'années reprendre le dessus, surtout qu'Enzo, sous la surprise, avait arrêter de se nourrir quelques secondes seulement après avoir commencer, ce qui ne suffirait certainement pas à le garder en vie, et pour rien au monde je ne souhaitais le voir mort, c'est une chose que je refusais. Il ne mourrait pas, ou je ne me nommais pas Luna Elysia, et je n'étais pas la plus grande sorcière que ce monde ait connu. Et pourtant, je l'étais, (omettons la Reine) donc, il ne mourrait pas comme ça, pas sans que je me batte pour sa survie. 

    Je vis le regard de cet être supposé être mon père se poser sur mon petit ami, sur ma morsure, et sur ses crocs pleins de sang. Je vis alors ces yeux devenir rouge de colère, et il dégaina, sans le moindre mal, un pistolet chargés en direction d'Enzo. Sans même y réfléchir, et de la manière la plus rapide de toute mon existence, j’activai quatre orbes à la fois, l'un afin d'invoquer une fine mais bien tranchante épée, un autre afin de le lancer en direction de cet être abject afin de le transpercer, et enfin, le dernier servant à créer un champ de protection autour de la demeure, mais c'était trop tard. Il avait eut le temps d'appuyer plusieurs fois sur la gâchette, et plusieurs balles se dirigeaient vers mon cher et tendre. Heureusement que j'avais été prévoyante, et que je n'avais pas désactiver les autres orbes activés précédemment, j’eus juste le temps de me téléporter devant Enzo, puis, une atroce douleur se fit ressentir au niveau de mon abdomen. Plusieurs taches rouges firent leur apparition. Je compris rapidement qu'il s'agissait des entrées des balles dans mon corps, et sans plus de manières, je m’écroulai lourdement au sol, mon sang continuant à sortir de mes blessures ...

    Bien qu'il soit extrêmement affaibli, Enzo avait trouver la force de se déplacer jusqu'à moi. La quantité de sang qu'il avait pu me prendre n'était pas suffisante, je le savais bien. Mon sang coulait abondamment, il fallait qu'il en profite. J'étais trop faible physiquement pour réussir à ouvrir la bouche, et lui aussi n'avait pas assez de force pour cela. Heureusement, nous étions toujours liés, et la télékinésie marchait encore entre nous deux ... "Nourris toi de tout ce sang, qu'au moins l'un de nous survivent, je t'en pris ...". "Je ne veux pas survivre sans toi ... Tu as donné un nouveau sens à ma vie...". Il reprit immédiatement. "Je ne te laisserais pas mourir, je tiens trop à toi pour cela. Je t'en pris, vis pour nous, vis pour notre amour. Je suis désolé du cadeau empoisonnée que je te fais, mais, c'est le seul moyen." Sans même me laisser le temps de répondre, il approcha son poignet de ses crocs, se fit une entaille, puis, la colla contre mes lèvres. 

    Je sentis son sang m'envahir. Je me sentais un peu mieux, mais il était trop tard. Bien que mon corps commençait à guérir, mes organes avaient été trop endommagés, et j'avais perdu beaucoup trop de sang pour que le sien puisse me guérir. Mais, il m'offrait de précieuses minutes en plus. J'eus assez de force pour enlever sa main de mes lèvres, m'approcher de lui, et l'embrasser une dernière fois ... avant que son corps soit entouré d'une lumière noire et obscure. J'eus juste le temps de lui souffler, dans un dernier murmure. "Ainsi, nous seront ensemble pour l'éternité, comme nous nous le sommes promis, je t'aime.". J'aperçus ses lèvres s'entrouvrir et comprendre un "Je t'aime.". Une sphère l'avait ensuite aspiré, prenant la forme d'un orbe, puis, cet orbe, ainsi que tout les autres rejoignirent mon corps dont la vie était en train de s'échapper. Ma dernière pensée fut pour mon vampire qui était désormais devenu une part de moi, je l'avais protégé à l'aide d'un orbe protecteur, qui rejoignit ceux de Keyla et Avalon Elysia, au centre de mon cœur. Sur ces dernières pensées, mes paupières se fermèrent, et la vie me quitta ...


    Quelques heures plus tard ... ~

    J'ouvris brusquement les yeux. J'avais mal partout. Que s'était-il passé ? Je n'en avais aucune idée ... Après quelques minutes passées allongée sur le sol, je décida enfin à me relever, et ainsi, d'essayer de me remémorer ce qu'il s'était passé. Après quelques efforts infructueux, je parvins finalement à me relever, et ainsi, je pus observer ce qui m'entourait. Autour de la forme de mon corps, je distinguais une immense mare de sang séché, sur laquelle reposaient des dizaines de balles. A la vue de ces dernières tout me revint soudainement en mémoire. Le fait qu'Enzo ne s'était pas nourri par ma faute, le moment où je réussis à le convaincre de se nourrir, l'intervention de mon père, la mort d'Enzo, et enfin ma mort. Oui, ma mort. Que faisais-je donc là ? Tout cela ne pouvait être un rêve, j'étais convaincue que tout ce qui s'était déroulé était réel. Alors, que s'était-il donc passé ? Étais-je retenue prisonnière en tant que fantôme pour tout les péchés que j'avais commis ? Je ne me sentais pas transparente, ni immatérielle, donc ce n'était sûrement pas ça. Soudain, une odeur qui m'était jusqu'alors inconnue, qui pourtant, me donna terriblement faim parvint à mes narines. Je suivis la direction de l'odeur avec mes yeux, et me retrouva face à mon sang. Par la Sainte Reine. Ce n'était pas possible. Était-ce donc cela que son cadeau empoisonnée ... ?

    Il me fallut plusieurs minutes pour accepter et comprendre la vérité. Oui, Enzo m'avait bel et bien fait un cadeau empoisonnée. Celui de la vie éternelle. En me donnant son sang, son but n'était pas de me guérir, non, c'était de me faire revenir à la vie, une fois que je serais morte. Il avait débuté ma transformation en vampire. Je me trouvais donc actuellement en pleine transition ... Il est vrai que depuis que je le connaissais, l'idée de devenir une vampire tout comme lui avait germé à plusieurs reprises dans mon esprit. Après tout, bien que je sois la plus puissante sorcière au monde, être la plus puissante des vampires, et par conséquent, l'unique et plus puissance sorcière-vampire était des plus tentants. Mais je n'aurais jamais crû, et encore moins espérés que ma transformation se déroulerait de cette manière. Pourtant, c'était le cas. Ethan m'avait donné la possibilité de vivre, et je n'allais pas la gâcher. J'allais même nous venger. Oui, il fallait que ce monde paie pour ce qu'il avait fait subir à cet être si innocent qu'était Enzo. La mort l'avait pris, alors qu'il n'avait rien fait de mal. Il se contentait de vivre paisiblement sa vie aux côtés des gens qu'il aimait, et, on le priva de cela. Je devais donc rendre l'appareil à ces gens, et moi aussi, les priver de toute chance de bonheur, présent ou futur. J'allais tous les détruire. Voilà mon nouveau but. Et cela débuterait par cet homme. Oui, mon "père". Après tout, il m'avait tué, il était donc tout à fait normal que son sang me permette de vivre, et d'achever la transition, n'est-ce-pas ?

    Je commença donc par activer l'orbe de téléportation, et me téléporta immédiatement à l'étage. Une fois là bas, je pris un bain, recommençant méticuleusement les gestes effectués la veille, en m'habillant cette fois, exclusivement de noir. Je devais me faire belle, après tout, cela serait la dernière image que mon géniteur et sa nouvelle famille allait avoir de moi. Oh, mais autant prolonger le jeu un maximum. Je le pista et très rapidement, me retrouva en face de lui. Paniqué et ayant perdu tout ses moyens, j'en profita pour le mordre, m'abreuvant de son sang, finissant ma transition une fois pour toute. Puis, je lui fis boire mon sang, lui effaça la mémoire, et lui tira une balle en pleine tête.

    Une fois cela fait, je profita de mes nouveaux pouvoirs de vampire pour me déplacer à toute vitesse jusqu'à leur lieu d'habitation. Je trouvais la décoration vraiment misérable. En même temps, étant donné que c'était la traînée qui s'était occupée de la décoration, on ne pouvait pas s'attendre à une belle maison. Tout ce qu'elle connaissait, c'était les chambres d'hôtels miteuses, et l'arrière des voitures dans lesquelles elle s'était faite ... pour de l'argent. Une vraie traînée je vous dis. Je suis d'ailleurs certaine que c'est ainsi qu'elle a rencontré mon père. Après tout, qui se ressemble s'assemble, et il ne vaut pas mieux qu'elle. Pauvre mère. Elle a du tomber bien bas pour épouser ce minable. 

    Enfin bref, passons. Je me trouvais dans le salon horriblement mal décoré de ma charmante famille. Je ne sentais aucune trace de mon père, ce qui signifiait qu'il n'était pas encore rentré. Après tout, c'était tout à fait logique. Je l'avais tué, donc il allait prendre un peu de temps avant de revenir. Au moins, j'aurais le temps de tout mettre en place. Je me sentais tout aussi excitée que lors de mes précédents meurtres. Cette soif de sang qui m'envahissait ... Elle m'avait manquée. Bon, cette fois, c'était vraiment une soif de sang, et non pas une soif de meurtre, mais ne jouons pas sur les mots. Dans les deux cas, je voulais qu'ils souffrent, et que le sang coule. Et aujourd'hui, le sang allait couler, je peux vous l'assurer.

    J'entendis des bruits de pas arriver, et, vu la cadence et les sautillements, j’eus rapidement deviné qu'il s'agissait de ma demi-sœur. Avant même qu'elle n'ait le temps d'hurler, je m'étais téléportée derrière elle, traçant le chemin de sa jugulaire à l'aide de ma langue sur son petit cou d'enfant. Je sentis qu'elle en eut des frissons, et cela me fit rire intérieurement. Tout en maintenant ma main contre sa bouche, je l'attacha solidement à une chaise. Une fois que les cordes furent solidement attachées, j’enlevai ma main plaquée jusqu'à présent contre ses lèvres. Comme je l'avais pressenti, il ne lui fallut que quelques secondes pour hurler en pleurnichant un "MAMAN".

    Un bruit sourd se fit entendre dans ce que je déduisis être la cuisine, et la traînée se mit à courir en direction du salon dans lequel je me trouvais, désormais invisible, près de sa fille. La traînée se mit à courir vers la nous. Comment je peux savoir qu'elle courait ? Et bien ,tout simplement, mes sens avaient été décuplés comme jamais, donc j'entendais parfaitement les secousses qu'elle produisait à chacun de ses pas. Décidément, le sport, ce n'était pas son truc à la traînée. Pourtant, avec son métier, elle en faisait du sport non ? Enfin bref, passons. En apercevant sa petite fille prisonnière au milieu du salon, elle se mit à hurler de peur, se précipitant vers elle. Il fallait s'amuser un peu. Je la fis donc trébucher sur la table en verre, qui, bien évidemment, se brisa en mille morceau. Elle avait de multiples entailles, et le sang s'échappant de ces dernières me donna terriblement faim, mais ce n'était pas le moment, il fallait attendre, j'allais m'amuser avec elle d'abord. 

    Alors qu'elle peinait à se relever, je me mis à rire d'un rire des plus aiguë, taquin, semblable à celui de l'enfant que j'avais été. Je lus immédiatement la peur sur le visage de l'autre traînée. Elle avait peur. Oui, aussi peur que mon père lorsque mes pouvoirs s'étaient révélés. Cette situation m'amusait tellement ... Elle venait de se relever, et se précipitait déjà vers sa petite fille, ne se préoccupant pas de ses propres blessures. Que c'était touchant, une personne qui se battait pour une personne qu'elle aimait ... Je me souviens avoir vécu cela il y a peu, et je peux affirmer, de source sûre, que cela ne se finit jamais bien. Afin de lui donner un peu confiance en elle, je la laissa s'approcher le plus près possible de son enfant. Une fois qu'elle fut près, je la projeta contre le mur le plus lointain, ce qui fis un énorme "BOOM". C'était vraiment drôle. Bien que blessée, elle se releva et revint encore plus vite vers son enfant, et le même manège se répétait sans cesse durant plusieurs minutes. A chaque fois qu'elle revenait, je l'envoyais valser et elle revenait à la charge. Quand le jeu me lassa, je sortis les grand moyens, et cette fois ci, envoya une armoire afin de la projeter contre le mur, je n'allais pas me salir les mains. Cette fois, elle fut définitivement assommée. Je l'attacha, comme je l'avais fait avec sa fille, en attendant leur "sauveur".

    Ce dernier se fit attendre. Belle-maman avait même eut le temps de se réveiller. Elles étaient toutes deux bâillonnées, dans le noir total. Au bout d'un long moment, l'autre ordure pointa le bout de son nez. Je pus le deviner grâce aux bruits de pas, qui semblait plutôt étrange, comme boiteux. La clé dans la serrure me le confirma. Il était enfin arrivé. Il prit son temps, mais il réussit à ouvrir la porte, à avancer, et à allumer la lumière. L'expression de terreur, de colère et d'amertume qui se lisaient sur son visage lorsqu'il aperçut la surprise que je lui avais concocté me faisait frissonner de plaisir. Je m'étais téléporté près de la porte d'entrée, la faisant claquer dans un bruit sourd. Il s'était retourné vers la source du bruit, et, ayant désactivé mon invisibilité, il fut capable me voir, en chair et en os. Il fut tellement surpris de me voir encore en vie, alors qu'il croyait m'avoir tué. Oui, mon père était déçu de me voir en vie. C'est étrange non ? Enfin, cela ne me faisait ni chaud ni froid. Je donna un immense coup au niveau de son genou boiteux. Le "CRAC" indiquant que son os était désormais brisé me fit rire comme jamais. J’eus le temps de le rattraper par une mèche de cheveux juste avant qu'il ne chute de douleur, et après lui avoir donner une multitude dans le corps, je me suis lentement approché de son oreille, disant sur une voix enfantine, accentuant bien chacune des syllabes ; "Qui tré-pa-sse-ra en pre-mi-è-re cher pa-pa ?". 

    Son hurlement m’emplis de joie. Je l'avais laissé retomber au sol, et j'étais retourner près des deux femmes de sa vie. Le jeu allait commencé maintenant. Je n'aimais pas perdre, donc je pouvais affirmer que je gagnerais. Je passais ma main au dessus de la tête de chacune, fixant les pupilles dillatées de mon cher père. Tout ceci le faisait souffrir, il ne pouvait même plus regarder le spectacle en face. "TU VAS REGARDER OUI ?! Tout cela, c'est pour toi que je le fais cher pa-pa. C'est pour te remercier de tout ce que tu as fais pour moi depuis ma naissance". Après m'être amusée de la situation, j'étais vraiment en colère. Comment osait-il fermer les yeux. J'allais les lui faire ouvrir moi. Je délia le bâillon de l'enfant, puis l'attrapa violemment par les cheveux. Elle poussa un cri, qui fit immédiatement ouvrir les yeux de mon cher père. "NON ! Je t'en pris, fais moi ce que tu veux, mais ne t'en prends pas à elles. Je t'en supplie.". Il était gonflé celui là. "Mais pa-pa. N'est-ce-pas toi qui a impliquer mes parents dans tout ça ? Et puis Enzo aussi. Mon cher petit-ami t'avait-il demander de lui tirer dessus ?! Pourquoi l'avoir ajouter à notre guerre?! Pourquoi m'avoir tuée ?! HEIN ?! Je peux savoir pourquoi ?!" Sous l'effet de la colère, j'avais commencé à arracher les cheveux de l'enfant, la faisant hurler de douleur. Cela n'avait que trop durer.

    Il commença à pleurer. Que c'était touchant. S'il savait comme j'avais pleuré quand mes proches étaient mort. Il ne le saurait jamais, car il avait fuis, me laissant pour morte. Il était temps de prendre ma revanche. Mes canines qui poussaient m'avaient fait souffrir tout au long de l'entrevue. Mais la douleur n'était rien comparé à la colère bouillonnante que j'éprouvais. J'approchais mes crocs de la jeune enfant, la mordant légèrement au niveau de la jugulaire, juste assez pour faire apparaître les premières gouttes de sang. Elle avait commencé à hurler de douleur, pleurant. Ses parents aussi hurlaient. "Si tu savais comme je suis désolé. Je suis tellement désolé de t'avoir arracher ceux qui comptaient pour toi. S'il te plaît, pardonne moi ...". Je lui répondis, avec la voix la plus innocente que je pouvais prendre. "Papa ... Je te pardonne. On fait tous des erreurs pas vrai ? ". "C'est vrai ?! Si tu savais comme je suis fier de toi !". "Pa-pa. Pour que notre réconciliation soit totale, il faut que tu apprennes ta leçon pas vrai ? Toute mauvaise action mérite châtiment. Maman. Keyla. Avalon. Elina. Enzo. Cinq châtiments." Je lui avais dit cela le plus naturellement au monde, un immense sourire carnassier s'affichant sur mes lèvres. 

    Alors que je replaçais mes crocs sur la jugulaire de l'enfant, sa mère avait réussit, malgré la peur à se libérer de son bâillon et à hurler. "POURQUOI FAIS TU CELA ?!". Cette fois, c'était la goutte d'eau qui avait fait déborder le vase. Je m'étais approchée d'elle, la fixant d'un regard terrible. "Demande donc à ton cher mari, belle-maman. Pourquoi sa fille agit-elle comme ça ?". Je la jeta au sol, près de lui, leur offrant la possibilité de parler. Mon lâche de père n'osa même pas la regarder. "Mauvaise réponse. Un." Le spectacle allait commencé. J'activai un orbe, et quelques instants plus tard, elle commença à prendre feu très lentement. "Alors Pa-pa, tu comptes parler ?"

    Ce dernier me dévisagea. "Apparemment non. Au revoir Belle-Maman. Désolée que cette pourriture ne soit pas capable d'assumer ses actes." "ATTENDS. Je t'en supplie, tout mais pas ça..." supplia-t-il. J'éteignis le feu et lui sourit. Parfait. "Mords là." Il semblait perdu, ne comprenant pas ce que je lui demandais. "Oh c'est vrai, tu as oublié notre précédente rencontre juste avant ton arrivée. Tu es mort Papa. Tu es en pleine transition, comme je l'ai été après que tu m'ais tué. Transforme toi en vampire, ces créatures que tu détestes tant, et je l'épargnerais." Mon géniteur s'écroula sur place, dans un état second. Touché. Je trancha légèrement le cou de sa femme, faisant apparaître des précieuses gouttes rouge. Sans même pouvoir se contrôler, il se jeta sur elle, la vidant de son sang. "Deux. Tu n'as même pas été capable de te contrôler pour sauver ta femme..." "MENTEUSE. TU DEVAIS L'EPARGNER." "Mais je l'ai épargné. C'est toi qui l'a tué Papa. Passons à la suite. Pour ton manque de compassion, six châtiments."

    A peine eus-je le temps de lever mon bras que les supplications et les excuses reprirent. "Honnêteté zéro Papa. Trois." Je fis léviter l'enfant vers moi, enfonçant ma main dans sa poitrine, trifouillant à l'intérieur de son corps. Elle émettait d'horribles sons, détruisant mon père. Au bout de quelques secondes, j'atteins enfin mon but, et retira ma main aussi vite que je l'avais fait entré, son rein gauche dans ma main. "Elle n'a besoin que d'un rein pour survivre. Par contre, si je venais à toucher son cœur..." ajoutais-je un sourire malsain aux lèvres. "Papa... aide moi..." furent les derniers mots de sa petite fille chérie avant que je lui arrache la langue. "Quatre. Ne lui as-tu jamais appris à demander l'autorisation avant de parler ?" riais-je. S'en fut trop pour mon paternel, qui entra dans une rage folle. Il bondit sur moi prêt à enfoncer sa main dans mon cœur. Trop lent.

    "Bah alors Papa, tu ne différencie plus tes deux filles chéries ?" Oui, j'avais atteint le summum de la cruauté en interchangeant nos deux corps. Mon père avait assassinée sa petite fille préférée, qui se vidait désormais de son sang dans les bras de son meurtrier. "Cinq." Il prit sa dague prêt à se suicider. "Oh que non, ne m'enlève pas mon jeu aussi vite. Adieu Papa. Je te pardonne maintenant qu'on est à égalité. Six." Je lui toucha le front, l'incapacitant à vie, et souriant, le condamna à passer le reste de sa vie d'immortel à se remémorer les assassinats de sa femme et sa fille. J'étais vraiment fière de moi. J'avais réussi. Je vous avais tous venger. Enfin, j'avais commencé à vous venger. Ce n'était que le début. Je devais tester mes nouveaux pouvoirs. Et de nombreuses personnes allaient en faire les frais.

    Ces événements s'étaient produit il y a déjà un an moins un jour. Oui, vous l'avez compris, je vous raconte aujourd'hui le jour de mes 19 ans. Durant toute l'année, je n'avais eut de cesse que de tenir ma promesse. Celle de détruire tout les gens qui nous avaient empêché de vivre ensemble. J'avais donc tué tout les membres de l'Ordre pour commencer. Je n'eus pas besoin de tuer mes beaux-parents, ils s'étaient désintégrés au soleil le jour où je suis morte, et donc, au cours duquel mes pouvoirs s'étaient estompés le temps de quelques heures. Tuer les membres de l'Ordre avait pris du temps, mais ce fut encore plus amusant que la première fois que je l'avais fait. J'avais atteint un nouveau statut cette fois-ci, j'étais bien plus puissante que la première fois. J'étais divine cette fois-ci. Et ce fut donc un jeu d'enfant de tous les tuer. Mais, une fois ceci fait, les autres créatures surnaturelles commencèrent à se rebeller et à s'allier aux humains. Ma montée en puissance les effrayait et ils voulaient désormais me tuer. Ils s'étaient donc tous alliés pour me tuer. Je les avais tous tuer, sans la moindre exception, récupérant toutes sortes de pouvoirs. Il ne restait désormais plus que les esprits, les vrais coupables.

    Nous voilà donc, le jour de mon dix-neuvième anniversaire. J'étais entourée de ces quelques femmes et hommes, qui avaient commencés le rituel qui me scellerait. Ils comptaient m'envoyer dans une autre dimension, vide, où je serais endormie, comme morte. C'était une bonne solution pour eux. Ils se débarrassaient de moi, et en plus, ils n'auraient pas besoin de se sacrifier pour me tuer. Mais bien évidemment, leur plan ne se passerait pas comme prévu. Après avoir regarder une dernière fois la bague qu'Enzo m'avait offert, qui était ma protection contre le soleil, je me décida à passer à l'action. Je les tua un à un, les fameux esprits maîtres du sceau. Je devais faire vite, ils avaient pris de l'avance sur moi, pendant que je m'amusais à les tuer, ils continuaient le rituel. J’augmentai donc la cadence. Au bout de quelques minutes, il ne restait plus qu'une jeune femme, qui, en un sourire vainqueur, prononça le dernier mot de la formule, un sourire sur les lèvres avant de disparaître. Le sceau se referma alors sur moi, mais, dans l'espoir de tenir ma promesse, j’activai tout mes orbes d'une seule traite, extériorisant une quantité inimaginable de pouvoir qui détruisit la dimension, alors que le sceau était en train de me sceller dans ce sommeil de plusieurs années ...

    De nos jours ...

    C'est ainsi que plusieurs années plus tard, une jeune sorcière de votre dimension s'est amusée à jouer avec les sortilèges de son arrière grand mère. Et, tout en s'amusant à réciter les formules du grimoire de cette dernière, ne comprenant absolument rien à ce qu'elle faisait, elle brisa le sceau qui me retenait prisonnière. Je ne pensais vraiment pas que si peu de protection seraient ajoutées au sceau qui me retenait prisonnière ... Ils étaient vraiment stupide. Enfin, cela m’arrangeait grandement. Grâce à cette jeune fille, qui, je l'appris plus tard, était la descendante même de la femme qui m'avait emprisonné il y a plusieurs années de cela, je fus finalement libérée. Évidemment, la première chose que je fis en sortant du portail, se fut de la remercier comme il se devait, en la vidant de son sang ... Depuis, je suis dans votre dimension, et, maintenant que j'ai tenue ma promesse, il ne me reste plus qu'à profiter de ma nouvelle vie de sorcière-vampire dans votre dimension. Faites attention à vous, j'arrive ~.



Derrière l'écran t'es qui?



    ★ Pseudo : Chris, Luna,
    ★ Votre Âge : 19 ans.
    ★  Fille ou garçon : Garçon. :O
    ★  Pour vous Mario est : Un plombier moustachu inutile, nul, et moche.★ Comment as tu connu le forum : J'suis le co-fondateur disparu! :O★ Ton avis sur le forum : Like!
    ★ Une dernière chose à dire : Nope








Dernière édition par Luna le Mer 1 Fév - 1:10, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Luna


» Messages : 1838
» Pièces : 119
» Age : 21



Feuille de personnage
Nom & Prénom ::
Classe:
Boite à objets:



MessageSujet: Re: The Personal Diary of a Creepy Girl    Lun 11 Juil - 3:06

Pouvoirs/Compétences


Étant une sorcière lunaire de la famille Elysia, autrement dit la famille de mage la plus puissante de mon monde, mais aussi une vampire, je possède de nombreux pouvoirs. Je n'ai pas vraiment envie de vous les décrire, mais bon, au moins ça repoussera les abrutis qui pensent avoir une chance contre moi... sauf s'ils souhaitent quitter ce monde rapidement.

Je vous préviens immédiatement, ces histoires sur les oignons, l'eau bénite, les crucifix, les miroirs etc, ce ne sont que des conneries. Rien de cela ne marche contre moi, et vous seriez bien idiots de tenter car hormis m'énerver et me pousser à vous tuer de la manière la plus horrible qui soit, vous n'y gagnerez rien. Je suis toutefois très sensible au soleil, (cette faiblesse étant renforcé par mon statut d'enfant lunaire), et suis donc par conséquent également faible face aux éléments qui se classe sous le joug de la lumière, du feu, et de la terre . (en résumé, les pouvoirs de ma cousine Elina). Je ne dors pas non plus dans un cercueil, du moins, pas tout le temps, car je vous avoue que c'est en réalité très confortable.

Commençons par mes pouvoirs vampiriques si vous le voulez bien. (vous n'avez pas le choix.)

Sens aiguisées : Mon statut de vampire a vraiment développé mon ouïe, ce qui me permet d'entendre ce qui se passe et se dit des kilomètres à la ronde, mais aussi de voir très loin et avec précision.

Force et vitesse accrues: J'ai beau avoir l'air fragile et faible, que nenni. Je peux vous briser les os à l'aide de mes poings sans la moindre difficulté, mais aussi esquiver très facilement les coups lents grâce à mon agilité hors-paire.

Résistance  physique et Immortalité:
Je suis une vampire, autrement dit, je suis plus ou moins « morte ». (mon cœur ne fonctionne que grâce à mon statut de sorcière de la famille Elysea puisque nos pouvoirs y prennent source). Du coup, je suis bien plus résistante que la normale, et, même si je peux évidemment être vaincue, je reste immortelle donc soyez prêt subir ma vengeance lorsque je me réveillerais., puisque je me soigne assez rapidement.

Mind Control:Je peux en effet contrôler votre esprit [l'accord du joueur concerné sera bien entendu toujours demandé] afin de vous forcer à faire ce que je veux, peu importe votre volonté propre. Se créer des esclaves asservis et dénués de volonté, c'est plutôt cool, non ?

Transfusion Sanguine :
Mon sang de vampire me permet de me soigner, mais il peut également soigner les autres si j'accepte de leur en donner quelques gouttes. (bien évidemment, ce genre de chose n'arrive que rarement, après tout, pourquoi partagerais-je mon précieux sang avec n'importe qui?)

Blood Lust : Qui dit vampire, dit suceuse de sang. En effet, je bois du sang, et en grande dose qui plus est. Plus je bois du sang (en particulier du sang appartenant à de personnes puissante), plus ma puissance physique et mes pouvoirs vampiriques s'améliorent. Au contraire, lorsque je suis dans l'incapacité de me nourrir, mes pouvoirs diminuent, me laissant plus vulnérable.

Alors, on commence à avoir peur ? N'oubliez pas que je suis aussi, mais surtout, une sorcière de la famille Elysea, et que j'ai donc encore de nombreuses cordes à mon arc. En effet, ma famille a toujours été la plus puissante familles de magiciens de notre monde. Avec Elina, nous en sommes les dernières héritières, et, surtout, les plus puissantes. En effet, une légende qui circulait dans notre famille depuis des générations s'est avérée être réelle avec notre naissance : l'enfant lunaire et l'enfant solaire, les deux plus puissants mages de la famille existent bel et bien et posséderait des pouvoirs surréels et inimaginable. De plus, s'ils venaient à s'associer, ils obtiendrait également le pouvoir stellaire. Vous l'aurez deviné, l'enfant solaire, c'est Elina, et l'enfant lunaire, c'est moi. Autant l'enfant solaire a toujours été attendu avec grande impatience dans ma famille, après tout, il contrôlerait la lumière et tout ce qui en découle, ce qui en ferait un véritable héros, n'est-ce-pas ? Autant l'enfant lunaire, né des ténèbres était craint depuis toujours. Enfin bref, trêves de bavardages.

Je suis donc l'enfant lunaire, sorcière d'une branche de la famille crainte et considérés comme des parias. Je ne sais pas vraiment pourquoi je suis cette enfant, ni comment tout cela s'est passé, mais ce que je sais, c'est que contrairement aux mages de notre famille qui pratiquait la magie blanche, je ne présentait pas réellement d'affinités pour cette magie, et bien que je le découvrirais plus tard, j'excellais en revanche dans la sorcellerie noire interdite. Comme tout membres de la famille Elysia, je possède cependant une magie unique, créée à partir de mon cœur, et que personne d'autres ne possède : celle des orbes renfermant chacun des esprits plus puissants les uns que les autres. Je peux éventuellement aussi créer des nouveaux orbes lorsque la situation se présente.

The Dark : L'esprit souverain pour l'enfant lunaire des ténèbres que je suis. Grâce à elle, je peux créer un large espace ténébreux, un espace où la lumière ne peut exister, et qui me permet de me battre au summum de mes capacités, sans avoir à m'inquiéter de mes faiblesses qui sont nullifiées ici. Les attaques physiques deviennent aussi obsolètes dans cet espace ténébreux. Cependant, puisqu'il s'agit de mon orbe le plus puissant, je ne l'utilise que très rarement puisqu'il consomme énormément d'énergie.

The Change : Cet esprit me permet d'échanger les âmes et corps de deux personnes, ce qui peut s’avérer drôlement utile, ou simplement drôle. (et chiant pour les personnes concernées, mais ce n'est pas mon problème à moi.)

The Dream : Cet orbe permet à la personne visé de faire des rêves sur ce qu'il désire le plus, ou sur son futur proche. Je peux bien évidemment l'utiliser sur moi même, mais aussi rentrer dans les rêves créer et ainsi savoir ce qu'il s'y passe. [l'accord de la personne concernée sera bien sûr demander avant.]

The Illusion : Un orbe très intéressant que celui des illusions ! Elle me permet de faire apparaître ce qu'une personne craint le plus, ou aime le plus au monde, ce qui permet de révéler les plus grosses faiblesses de mes ennemis et de m'en servir pour le détruire !

The Silent : Tout le monde rêve parfois d'un peu de silence. En particulier une vampire telle que moi, car bien que mon ouïe super fine peut-être une bénédiction, elle peut également être une malédiction dans certaines situation. Grâce à cet orbe, je peux créer un espace de silence complet, où personne ne peut entendre quoi que ce soit.

The Sleep : Insomniaque, vous voilà sauvez ! Grâce à cet orbe, vous dormirez jusqu'à ce que je décide de vous réveiller !

The Vampire : Lorsque l'ennemi est suffisamment puissant pour résister à une de mes attaques, c'est signe que je ne pourrais sûrement pas me nourrir de lui en plein combat, et donc que je ne pourrais pas me battre avec toute ma force une fois le combat commencé... C'est là que cet orbe intervient. L'esprit de cet orbe, un vampire tout comme quoi, attaque l'ennemi par surprise, lui volant son sang afin de me le transmettre pour que je regagne de la force et de la vitalité. Pratique non ?

The Veil : Grâce à cet orbe que j'ai développé moi même, je peux, à l'aide de la lumière de la Lune, ainsi que des ténèbres, créer un voile mystique me permettant de passer à travers les barrières magiques ou autres protection magique sans être détectée.

The Protection : Crée suite à ma rencontre avec la Princesse Peach du Royaume Champignon, cet orbe me permet de faire apparaître une grande ombrelle qui me permet de me protéger du Soleil, l'un de mes pires ennemis, mais aussi des attaques ennemis de par sa robustesse. Une ombrelle très utile en somme !

The Watery : Un autre des esprits souverains sous mon contrôle. Grâce à elle, je peux créer et contrôler l'élément de l'eau à ma guise, afin de tremper, noyer, ou broyer mes ennemis.  Comme vous le savez, la Lune a un effet particulier sur l'eau et les marées, cet esprit devient extrêmement sauvage et violent à mon contact, cherchant à tout prix à se débarrasser de sa proie, sans relâche.

The Rain :  A l'aide de cet orbe, je peux faire tomber de la pluie continuellement. Grâce à cela, l'effet des attaques de Watery sont nettement augmenté, et celles de Firey diminuées.

The Bubbles : Un orbe qui me permet de créer des bulles... Oui, c'est out ce qu'il fait. J'aime les bulles, et alors ?! (et puis, qui sait, une attaque de bulles peut se révéler redoutable !...)

The Mist : Cet esprit crée un épais brouillard, utile pour se camoufler. Le brouillard crée peut également prendre une consistance plus dangereuse, corrosive face au métal et autres solides.

The Freeze : Cet esprit peut geler quasiment tout ce qu'il touche, maniant la glace avec aise en tant qu'arme ou moyen de défense. Il peut également faire chuter la température d'un endroit à des températures dangereusement basse.

The Snow : Vous souhaitez avoir de la neige à Noël ? Ne cherchez pas plus loin, cet esprit est votre amie ! Elle est capable de créer des tempêtes de neige à tout moment, même en plein soleil. Elle est toutefois assez agressive donc attention à ne pas vous retrouver ensevelit sous toute cette neige...

The Wood :
Cet orbe permet de créer et contrôler la nature, permettant par exemple de créer des lierres, des branches ou des ronces pour capturer et immobiliser l'ennemi, ou le faire saigner, ce qui est toujours utile pour une vampire., mais aussi le pourchasser et le piéger lorsqu'il s'y attend le moins.

The Windy : Le dernier des grands esprits souverains sous mon contrôle, elle me permet de créer et contrôler des vents puissants. Contrairement à certains des autres esprits, Windy est très calme et docile, n'aimant pas particulièrement se battre. Bien qu'elle peut utiliser son pouvoir pour attaquer ou bloquer les mouvements de mes ennemis si je le souhaite, elle préfère être utilisée à des fins non violente, et afin de lui faire plaisir, j'essaie de ne l'utiliser que de manière défensive ou salvatrice.

The Levitation : Cet orbe me permet de flotter ; ce qui s'avère très utile car j'ai horreur de marcher, et je ne vais pas me mettre à voler juste pour quelques mètres donc... Je peux aussi faire léviter des objets, si jamais j'ai envie de jouer aux fantômes avec quelqu'un...

The Fly : Cet orbe fait pousser deux grandes ailes noires dans mon dos, me permettant de voler à toute vitesse, ou lentement si je souhaite me balader. Le monde est vraiment différent vu de là-haut !

The Move : Un autre orbe que la grande paresseuse que je suis adore utiliser, il me permet de me déplacer d'un endroit à un autre en un clin d’œil, une sorte de sort de téléportation quoi. Je ne peux évidemment que l'utiliser sur des courtes à moyennes distance, et je peux aussi l'utiliser sur des objets...

The Voice : Cet orbe me permet de voler la voix des autres... Utile lorsque je souhaite garder mon ouïe mais que je ne veux plus entendre les idioties de certaines personnes... Ou tout simplement lorsque j'aime la voix d'une personne. (Ne vous inquiétez pas, ils la récupèrent lorsque je désactive l'orbe/)

The Song :
Grâce à cet orbe, je peux utilisé les voix volées à l'aide de Voice, ce qui peut s'avérer utile si je souhaite me faire passer pour quelqu'un d'autre, ou juste m'écouter chanter avec les voix de mes chanteurs favoris...

The Storm :
Heureusement que cet esprit est présent puisque je ne peux pas réellement utiliser Windy pour attaquer ! En effet, Storm est vraiment dangereuse et agressive, elle adore créer des cyclones et autre tempêtes de vent, de neige, ou de pluie avec ses amies Snow et Rain, pour terrasser leurs opposants ou les blesser fortement .

Fait étrange, je possède deux orbes qui ne devraient vraisemblablement pas être en ma possession. Ces derniers, respectivement sous l'influence des esprits souverains de la terre et du feu, sont censés appartenir à l'enfant solaire, autrement dit Elina, ma petite cousine... Bien que j'ignore pourquoi ils se sont retrouvés en ma possession, je ne vais pas me plaindre.

The Sand : Cet orbe de la terre me permet de contrôler le sable à ma guise. Utile si me retrouve dans un désert... Mais bon, je déteste le soleil et la chaleur, donc ça ne m'arrive que rarement. Cet esprit peut aussi s'allier à Rain pour créer des sables mouvants, car il faut avouer que c'est plutôt drôle de voir des cadavres ou des ennemis disparaître ainsi.

The Twins : Orbe de feu, les esprits jumeaux permettent de créer des doubles d'un objet, ou d'une personne, ce qui peut être très utile pour perturber les ennemis, ou créer des diversions...

Ces deux orbes n'étant pas censé être sous mon contrôle, ils consomment beaucoup plus de mon énergie qu'en temps normal. Le dernier orbe qui ne m'appartient pas, mais que j'utilise pourtant très souvent, ne connaît cependant cet effet négatif que sous certaines conditions.

The Shot : Lorsque j'active cet orbe, il peut prendre deux formes. Soit, l'esprit apparaît lui même, et, tire sur l'ennemi que je lui indique jusqu'à ce que ce dernier soit touché (cet aspect est celui qui utilise une grande partie de mon énergie, et ce, à chacun des tirs de l'esprit, je ne l'utilise donc quasiment jamais.) Le second mode, que j'utilise lorsque je souhaite être discrète et attaquer de loin à l'aide de ma vision accrue, ou lorsque les attaques physiques ne sont pas efficace face à mes ennemis, transforme Shot en un arc à la puissance dévastatrice que je contrôle moi même . Il peut prendre différentes formes et tailles selon mes besoins immédiats.




Dernière édition par Luna le Mer 1 Fév - 0:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Peachy-Hime
Queen of Mushroom Kingdom ★
Queen of Mushroom Kingdom


» Messages : 14453
» Pièces : 473
» Localisation : Dans mon château bien sûr ♥
» Age : 24



Feuille de personnage
Nom & Prénom :: Peach Toadstool
Classe: Princesse
Boite à objets:



MessageSujet: Re: The Personal Diary of a Creepy Girl    Lun 11 Juil - 3:07

De rien et amuse toi bien *mur*. Jolie récit en passant x).


Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpg-km.com En ligne
avatar

Luna


» Messages : 1838
» Pièces : 119
» Age : 21



Feuille de personnage
Nom & Prénom ::
Classe:
Boite à objets:



MessageSujet: Re: The Personal Diary of a Creepy Girl    Lun 11 Juil - 3:08

Après tout le temps que j'ai pris, je compte bien m'amuser, effectivement.
Merci bien :).


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité







MessageSujet: Re: The Personal Diary of a Creepy Girl    Mar 12 Juil - 12:30

Chris. J'ai mis 5h à lire cette présentation. Tu es un sadique !
Mais félicitations. ~
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Luna


» Messages : 1838
» Pièces : 119
» Age : 21



Feuille de personnage
Nom & Prénom ::
Classe:
Boite à objets:



MessageSujet: Re: The Personal Diary of a Creepy Girl    Mar 12 Juil - 12:54

Sérieusement ?!
Tu as vraiment pris cinq heures ?!
Désolé >.<
Mais merci beaucoup <3.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité







MessageSujet: Re: The Personal Diary of a Creepy Girl    Mer 13 Juil - 10:56

Eh bien, je me suis dispersée entre-temps, mais oui, j'ai pris cinq heures .u."
Mais jolie présentation. <3
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Luna


» Messages : 1838
» Pièces : 119
» Age : 21



Feuille de personnage
Nom & Prénom ::
Classe:
Boite à objets:



MessageSujet: Re: The Personal Diary of a Creepy Girl    Mer 13 Juil - 12:30

Merci beaucoup <3.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité







MessageSujet: Re: The Personal Diary of a Creepy Girl    Mer 13 Juil - 19:23

5h c'est pas temps qui t'as fallut pour rédiger ta fiche?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Luna


» Messages : 1838
» Pièces : 119
» Age : 21



Feuille de personnage
Nom & Prénom ::
Classe:
Boite à objets:



MessageSujet: Re: The Personal Diary of a Creepy Girl    Jeu 14 Juil - 0:08

Non, c'est le temps qu'il m'a fallu pour la finir. En 5 heures j'ai fais le deuxième poste et la fin du premier, j'ai pas calculer le temps que j'ai pris pour tout faire.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité







MessageSujet: Re: The Personal Diary of a Creepy Girl    Jeu 14 Juil - 15:27

Meme dans ta fiche t'es sadique...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Luna


» Messages : 1838
» Pièces : 119
» Age : 21



Feuille de personnage
Nom & Prénom ::
Classe:
Boite à objets:



MessageSujet: Re: The Personal Diary of a Creepy Girl    Jeu 14 Juil - 15:28

Genre tu as eut le courage de la lire toi ...


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Plum ❅
✬ Snow Princess ✬
✬ Snow Princess ✬


» Messages : 19044
» Pièces : 549
» Localisation : N'importe où
» Age : 26



Feuille de personnage
Nom & Prénom :: Plum
Classe: Princesse des Neiges
Boite à objets:



MessageSujet: Re: The Personal Diary of a Creepy Girl    Mar 4 Aoû - 11:47

Bon bah même si tu n'as pas précisé : MàJ validée j'ai hâte de faire le RP rencontre/retrouvailles des deux cousines magiciennes 8D


« Étoile des Neiges»
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Luna


» Messages : 1838
» Pièces : 119
» Age : 21



Feuille de personnage
Nom & Prénom ::
Classe:
Boite à objets:



MessageSujet: Re: The Personal Diary of a Creepy Girl    Mar 4 Aoû - 12:14

Merci!
J'ai hâte aussi ça me remotive vraiment haha. :3


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: The Personal Diary of a Creepy Girl    

Revenir en haut Aller en bas
 

The Personal Diary of a Creepy Girl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mushroom Kingdom  :: Avant le rpg :: Les fichettes :: Fiches validés-
Sauter vers: